Vasculopathie polypoïdale choroïdienne (VPC), perméabilité choroïdienne et anti-VEGF

1

Inoue M, Arakawa A, Yamane S, Kadonosono K. Short-term efficacy of intravitreal aflibercept in treatment-naive patients with polypoidal choroidal vasculopathy. Retina, 2014;34:2178-2184.La vasculopathie polypoïdale choroïdienne (VPC) est caractérisée par de multiples soulèvements de l’épithélium pigmentaire associés à un réseau vasculaire ramifié (branching choroidal vascular network) au bord duquel on observe une ou plusieurs dilatations vasculaires polypoïdales. L’affection avait été décrite initialement par Yannuzzi en 1990 [1]. La VPC est considérée comme un sous-type des néovaisseaux de la DMLA. L’affection serait plus fréquente en Asie, ce qui incite à penser que des facteurs génétiques sont impliqués dans sa pathogénie. Cependant, en Europe et aux États-Unis, la prévalence de la VPC est probablement sous-estimée parce que l’angiographie ICG qui contribue de façon importante au diagnostic n’est pas toujours de réalisation systématique dans [...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Centre de Rétine Médicale, MARQUETTE-LEZ-LILLE, Service d’Ophtalmologie, Hôpital Lariboisière, PARIS.

Un commentaire

Laisser un commentaire