Néovaisseaux de type III (RAP) : où commence le problème ?

0

Li M, Dolz-Marco R, Messinger JD et al. Clinicopathologic Correlation of Anti-Vascular Endothelial Growth Factor-Treated Type 3 Neovascularization in Age-Related Macular Degeneration. Ophthalmology, 2017 ; S0161-6420. Epub ahead of print].Les néovaisseaux de type III ou anastomoses choriorétiniennes (plus précisément rétinochoroïdiennes) ont initialement été décrits par Harnett en 1992 [1]. Leur description doit beaucoup à Yannuzzi, probablement en partie parce que l’angiographie au vert d’indocyanine (ICG) a longtemps été un élément indispensable pour leur diagnostic. Le terme habituellement utilisé de RAP (retinal angiomatous proliferation) a été proposé en 2001 par Yannuzzi [2].Selon les séries, ces néovaisseaux représenteraient entre 15 % et 30 % des formes néovasculaires de la DMLA [3]. Une association forte avec les pseudodrusen réticulées, un risque d’évolution vers l’atrophie géographique et un risque de bilatéralisation sont les princi[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Centre de Rétine Médicale, MARQUETTE-LEZ-LILLE, Service d’Ophtalmologie, Hôpital Lariboisière, PARIS.

Laisser un commentaire