Surface oculaire : quoi de neuf ?

0

Un nouvel outil dans l’exploration du film lacrymal ?

De nature assez complexe, le film lacrymal forme un ensemble dynamique composé d’eau, de glycoprotéines et de graisses. Cependant, il est classiquement décomposé en trois couches superposées : une couche mucinique en contact avec l’épithélium cornéen, une couche lipidique à l’interface avec le milieu extérieur et une couche aqueuse riche en électrolytes et en protéines intercalée entre les deux. La phase lipidique joue un rôle majeur dans la protection de la surface oculaire malgré sa faible épaisseur. Grâce à l’organisation structurale en deux couches des graisses sécrétées par les glandes de Meibomius, elle assure quatre rôles principaux : la prévention de l’évaporation de la couche mucino-aqueuse, la lubrification de la cornée et des paupières au cours du clignement, le lissage du film lacrymal qui en améliore les qualités optiques et enfin celle de barrière contre la contamination du sébum cutané.

L’évaluation du film lacrymal peut être réalisée en pratique clinique courante. La couche mucinique est la couche la plus profonde. L’intégrité et la stabilité de cette composante mucinique du film lacrymal sont évaluées par le break-up-time. Un BUT inférieur à 10 secondes est le témoin d’une atteinte mucinique du film lacrymal. La couche aqueuse du film lacrymal est la couche la plus épaisse, au contact de la couche mucinique. Elle est étudiée à l’aide du test de Schirmer, idéalement sans anesthésie. Un déficit aqueux est identifié si le test de Schirmer est inférieur à 5 mm en 5 minutes. Cependant, la réalisation de ce test est chronophage et assez fastidieuse, voire même désagréable pour le patient. La mesure de la hauteur de la rivière lacrymale, de réalisation facile, peut permettre d’apprécier cette phase aqueuse d’une façon plus rapide. Rappelons que la hauteur de la rivière lacrymale est normale si elle est supérieure à 0,3 mm. Enfin, la couche lipidique est la plus superficielle et elle recouvre la couche aqueuse. L’examen du bord libre palpébral permet de rechercher des signes en faveur d’un dysfonctionnement des glandes meibomiennes (hyper-hémie et œdème du bord libre, qualité du meibum,[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Centre ophtalmologique Saint Paul, PARIS. Fondation Ophtalmologique A. de Rothschild, PARIS.

Laisser un commentaire