Approche biomécanique du kératocône

0

Dans les cas d’ectasie post-Lasik, dont la forme topographique est très similaire au kératocône, il a été démontré qu’une faible épaisseur cornéenne préopératoire est un facteur de risque important [2], tout comme le jeune âge du patient, dont on connaît la rigidité cornéenne plus faible.Or, on sait, depuis les travaux de H. Goldmann sur la tonométrie à aplanation et ceux de J.I. Barraquer sur la kératomileusis, qu’à rigidité cornéenne identique, une cornée plus fine est plus déformable. L’ectasie post-Lasik serait donc favorisée, chez des sujets prédisposés, par l’affaiblissement mécanique créé par l’ablation stromale chirurgicale.On pourrait donc penser, par analogie, qu’une faiblesse biomécanique cornéenne constitutionnelle pourrait être une cause essentielle du kératocône et une circonstance hautement favorisante de l’ectasie cornéenne après chirurgie réfractive.La question que se pose le clinicien est de savoir comment évaluer [...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire