A quoi peut servir une vitrectomie ?

0

La vitrectomie a vu ses indications se développer de façon considérable au cours des dernières années, surtout grâce aux progrès de la technique rendant le geste plus simple et plus efficace.

Réservée initialement à quelques indications de sauvetage sur des pathologies cécitantes, elle est maintenant largement utilisée dans des indications fonctionnelles, c’est-à-dire dans des cas où le but est d’essayer d’améliorer la vision en sachant que sans intervention, l’évolution spontanée de la maladie ne serait pas catastrophique.

Dans la chirurgie du décollement de la rétine, la vitrectomie remplace de plus en plus des techniques classiques par voie externe sans que la justification purement médicale soit parfois très claire.

Les complications en sont bien connues, dominées par l’apparition de la cataracte chez le sujet phaque, le décollement de rétine iatrogène dont le taux varie selon la pathologie et la courbe d’apprentissage du chirurgien et l’endophtalmie dont le taux est voisin de celui de la cataracte. Ces complications doivent toujours être prises en compte dans l’établissement d’un rapport entre le bénéfice et le risque opératoire, mais il faut surtout essayer de bien comprendre à quoi peut servir une vitrectomie pour porter une indication avec justesse.

A quoi sert le vitré ?

De façon schématique, on pourrait dire que, à l’âge adulte, le vitré est aussi utile à l’œil que l’appendice au tractus digestif… Même s’il représente 90 % du volume de l’œil, il n’intervient ni dans le maintien du volume, assuré par la rigidité sclérale, ni au maintien en place de la rétine, assuré par l’épithélium pigmentaire, même si dans certains cas (trous atrophiques, dialyse à l’ora) il peut s’opposer à la progression d’un décollement de la rétine. Sa transparence et son indice de réfraction proche de celui du cristallin n’interviennent pratiquement pas dans le système optique de l’œil.

Ses seuls rôles significatifs [1] pourraient être un effet d’amortisseur de certains traumatismes et, du fait de sa viscosité et de l’existence de densification périphérique (hyaloïde antérieure et postérieure), il pourrait réguler la diffusion de molécules dans la cavité oculaire. Enfin, les cellules présentes en périphérie lui confèrent une activité enzymatique intense.

Les conséquences négatives de son ablation sont donc surtout liées à la disparition de ces dernières propriétés : la cataracte serait due à une augmentation de l’oxygénation du cristallin,[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Fondation Ophtalmologique Adolphe de Rothschild, PARIS.

Laisser un commentaire