Uvéites : quoi de neuf ?

0

Les corticoïdes oraux : le premier traitement systémique (fig. 1)

Les corticoïdes systémiques restent le traitement de référence des uvéites non infectieuses intermédiaires et postérieures chroniques, parfois complétés par des injections péri- et intraoculaires de corticoïdes retards.

Un traitement immunosuppresseur peut y être associé d’emblée (maladie de Behçet, ophtalmie sympathique, birdshot sévère) ou dans un second temps en cas d’échec de la corticothérapie ou à visée d’épargne cortisonée (sarcoïdose, maladie de Vogt-Koyanagi-Harada par exemple).

Leurs effets secondaires généraux mais aussi ophtalmologiques propres (glaucome cortico-induit, cataracte sous-capsulaire postérieure cortisonée) constituent cependant un frein à leur utilisation dans le traitement des uvéites.

Les biothérapies : des perspectives séduisantes

Nous disposons aujourd’hui de cinq molécules ciblant directement le TNF-α, cytokine pro-inflammatoire majeure : quatre anticorps monoclonaux (infliximab [Remicade], adalimumab [Humira], golimumab [Simponi], certolizumab pegol [Cimzia]) et un récepteur soluble (étanercept [Enbrel]) (fig. 2).

L’utilisation de ces molécules justifie la demande d’un bilan préthérapeutique visant à vérifier l’absence d’antécédent de néoplasie solide ou de lymphome, de tuberculose, de pathologie démyélinisante et d’infections bactériennes ou virales évolutives. Ainsi, un bilan biologique standard, des sérologies pour les virus des hépatites et le VIH, la recherche d’anti-corps antinucléaires, une radiographie thoracique et des tests de sécrétion d’interféron-α en réponse aux antigènes tuberculeux sont nécessaires avant l’initiation du traitement. Un examen dermatologique à la recherche de lésions cutanées précancéreuses est également indispensable avant la mise sous traitement.

Implant intravitréen à la dexaméthasone

Les injections sous-ténoniennes de triamcinolone (Kenacort) sont préférables à la voie intravitréenne chez le patient phaque car moins inductrices de cataracte. Elles ont également l’avantage d’être sans risque de décollement de rétine, d’endophtalmie (site périoculaire)[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire