Génétique de la DMLA

0

La DMLA est une maladie multifactorielle associant des facteurs de risque environnementaux et des facteurs génétiques prédisposants ou protecteurs. En 2005, deux gènes forts de susceptibilité à la DMLA, CFH et ARMS2, ont été identifiés sur les chromosomes 1 et 10.

Gène du facteur H du complément (CFH)

Le facteur H du complément est un élément majeur régulant la cascade du complément. Le facteur de susceptibilité génétique correspond à un polymorphisme entraînant le remplacement d’une tyrosine par une histidine en position 402 (Y402H) de la protéine. Cette région est un domaine qui fixe l’héparine et la CRP, et il est donc probable que le changement d’acide aminé puisse modifier partiellement la régulation des processus inflammatoires dans la rétine. Ces résultats ont été répliqués dans différentes populations et dans les différentes DMLA.

Il est important de noter que la fréquence de l’allèle à risque est élevée dans la population générale de l’ordre de 0,38, et qu’il s’agit d’un facteur fort de susceptibilité à la DMLA. En effet, les odds ratio sont aux alentours de 2 à 3 chez les individus porteurs d’un variant à risque pour le gène CFH (hétérozygotes) et aux alentours de 5-6 et même supérieurs chez les individus porteurs de 2 variants à risque pour ce gène (homozygotes). La découverte de ce facteur pourrait donner lieu à de nouvelles pistes thérapeutiques visant à réguler les phénomènes d’inflammation pouvant constituer le substrat physiopathologique de la maladie.

Gène ARMS2

Plusieurs études d’association ont identifiés un deuxième locus sur le chromosome 10 en 10q26. Il existe au niveau de cette région 3 gènes en déséquilibre de liaison. Il s’agit du gène PLEKHA1, du gène HTRA1 et du gène LOC387715 également appelé ARMS2 (Age-Related Maculopathy Susceptibility 2). Les fonctions précises de ces gènes dans la rétine sont peu connues. D’après les différentes études, le gène ARMS2 apparaîtrait comme le gène de susceptibilité à la DMLA, porté par le polymophisme A69S. Comme pour le gène CFH, la fréquence de l’allèle à risque pour le gène ARMS2 est élevée dans la population générale, elle est estimée à 0,17 et il représente également un risque fort de susceptibilité. En effet, les[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Nice Retina, NICE.