Éditorial : L’exploration en neuro-ophtalmologie

0

Devant un signe d’appel, il faut résoudre trois énigmes dans l’ordre : localiser l’anomalie causale, définir son mécanisme, puis déterminer son étiologie. Le champ de localisation est vaste : le traitement de l’information visuelle démarre au niveau de l’œil et se poursuit dans les voies visuelles intracrâniennes jusqu’aux aires visuelles corticales ; en matière d’oculomotricité, si la commande est corticale, les circuits jusqu’aux muscles oculomoteurs orbitaires sont multiples.Les explorations, qui permettent d’investiguer la fonction et la structure visuelle et oculomotrice, sont des éléments majeurs du diagnostic. Leur demande repose sur les données cliniques et les hypothèses diagnostiques doivent être transmises à celui qui réalise l’exploration. Devant un trouble visuel, le champ visuel, présenté et illustré ici par émilie Tournaire-Marques, permet de localiser l’atteinte sur la voie visuelle. Il doit être réalisé “dans la fo[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service Urgences Neuro- Ophtalmologie, Fondation A. de Rothschild, PARIS.

Laisser un commentaire