Éditorial : Dossier : Glaucome

0

Ainsi, ne jetons pas trop vite notre verre à gonioscopie sous prétexte d’une imagerie du segment antérieur devenue très sophistiquée, analysant et mesurant avec une grande précision les rapports de la cornée et de l’iris, la position du corps ciliaire et le rôle du cristallin dans la fermeture de l’angle ! Oui, la pratique de la gonioscopie est toujours indispensable, même si son interprétation pose régulièrement des problèmes à l’examinateur, même aguerri. Faut-il ou non réaliser une iridotomie ou même une phaco-extraction quand l’ophtalmo-logiste redoute une fermeture de l’angle, parfois déjà constituée, lors de l’examen biomicroscopique ? Esther Blumen-Ohana décrit avec talent et impartialité les situations dans lesquelles les images fournies par l’UBM ou l’OCT du segment antérieur s’avèrent une aide réellement décisionnelle.Précisément, les travaux de Florent Aptel, associé à Philippe Denis, ont fait -l’objet de publications d[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Secrétaire Général de la Société Française de Glaucome, Centre Ophtalmologique Kléber, Lyon.

Laisser un commentaire