Uvéites

0

L’uvéite est une pathologie rare (17-52/100 000 habitants, en Europe et aux États-Unis), mais une cause importante de cécité dans le monde (déficience visuelle fréquente : 2,8-10 %). Très hétérogène, elle est causée par une maladie systémique dans 30 à 45 % des cas.

La normalisation de la nomenclature de 2005 (Standardization of Uveitis Nomenclature [SUN]) classe les uvéites selon le site initial d’inflammation : antérieure, intermédiaire, postérieure ou totale (panuvéite) ; le caractère granulomateux ou non, la présence d’une hypertonie intraoculaire ; et l’évolution dans le temps : aiguë, récidivante ou chronique.

La prise en charge de cette affection a beaucoup évolué durant la dernière décennie, aussi bien au plan diagnostique que thérapeutique. Le QuantiFERON et le TDM thoracique sont venus s’ajouter à l’IDR. La biologie moléculaire permet d’identifier de nombreux germes sur le prélèvement d’humeur aqueuse.

La corticothérapie est très efficace mais présente de nombreux effets indésirables. La prescription par voie systémique diminue au profit d’une administration locale, avec un plus grand nombre de formes galéniques.

Le recours aux autres molécules immuno-suppressives est plus rapide, et vise deux objectifs : le contrôle de la maladie systémique et l’épargne -cortisonique. Les techniques d’imagerie se multiplient et se perfectionnent.

Les progrès biomédicaux, pharmacologiques et chirurgicaux permettent une approche thérapeutique moderne et adaptée à chaque patient.

Diagnostic

1. Orientations diagnostiques

Il faut caractériser au mieux l’inflammation : uvéite antérieure,[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire