Sclérites

0

La sclère constitue une coque oculaire opaque à la lumière, composée à 80 % de collagène et nourrie par imbibition par le plexus épiscléral profond à sa face externe et par les vaisseaux choroïdiens à sa face interne. Elle est richement innervée par des rameaux de la branche V1 du nerf trijumeau.

La sclérite est une patho-logie inflammatoire de cette enveloppe, qui peut être très douloureuse, mais pas toujours : dans une étude récente de 500 patients atteints de sclérite, les douleurs étaient qualifiées de légères dans 42,4 %, modérées dans 42,4 % et sévères dans 14,6 % des cas [1]. Il est important de distinguer la sclérite d’une simple épisclérite notamment, car cette dernière est une affection -globalement bénigne alors qu’une sclérite justifie toujours un bilan et une prise en charge spécialisés.

Diagnostic et complications oculaires

La sclérite touche 1,5 femmes pour 1 homme à un âge moyen de 50 ans (extrêmes de 5 à 96 ans dans les grandes séries), est récidivante deux fois sur trois, bilatérale dans 40 % des cas, le passage d’une forme clinique à une autre étant rare [2, 3]. La présentation clinique d’une sclérite est celle d’un œil rouge plus ou moins douloureux. Les douleurs peuvent être intenses, insomniantes, exacerbées par les mouvements du globe, mais aussi beaucoup plus légères. Parmi les éléments cliniques distinguant la sclérite d’une épisclérite, on notera ici l’intérêt du test à la Neo-Synephrine : l’instillation d’une goutte de Neo-Synephrine (phényléphrine 10 %) provoque la vasoconstriction des vaisseaux conjonctivaux et épiscléraux superficiels sans agir sur le plexus épiscléral profond. Ainsi, la rougeur de l’épisclérite “blanchit”, mais celle de la sclérite demeure inchangée (effet maximal à 1 minute).

La classification des sclérites a été publiée par Watson et Hayreh en 1976 [2]. Elle distingue les formes antérieures (diffuse, nodulaire ou nécrosante) et les formes postérieures (fig. 1). Les sclérites nécrosantes sont subdivisées en formes inflammatoires et non[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire