Rétinophotographies de la tête du nerf optique et des fibres nerveuses rétiniennes dans le glaucome

0

Malgré les progrès fulgurants apportés ces dernières années par les analyseurs du fond d’œil, les rétinophotographies demeurent des documents précieux pour nourrir le dossier d’un patient glaucomateux, ou susceptible de l’être. Dans 20 ou 30 ans, une photographie restera une photographie et, même si l’on retournait un demi-siècle en arrière, les clichés de 1965 pourraient toujours être comparés à ceux qui seraient faits en 2040… à la condition d’un diagnostic très précoce et d’une très longue vie ! Qu’en sera-t-il de la confrontation des résultats des analyseurs à seulement une ou deux décennies de distance ?Photographier le fond d’œilLa dilatation irienne n’est pas habituellement nécessaire pour photographier le fond d’œil avec les rétinographes actuels (dits précisément non mydriatiques), mais l’ouverture de la pupille doit être de 3 mm au moins. Les clichés doivent se prendre dans l’obscurité, et il faut attendre 10 à [...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Secrétaire Général de la Société Française de Glaucome, Centre Ophtalmologique Kléber, Lyon.

Laisser un commentaire