Quoi de neuf en allergie oculaire ?

0

Comme tous les ans, le nombre de publications sur les pathologies allergiques conjonctivales reste élevé. En effet, pas moins de 160 articles ont été écrits sur le sujet. Il est à noter que la majorité d’entre eux a été essentiellement orientée vers la meilleure compréhension de données épidémiologiques des manifestations allergiques oculaires.

Quoi de neuf en épidémiologie ?

Selon A.K. Cingü et al. [1], la pathologie inflammatoire conjonctivale ne reste pas à la surface de l’œil. Dans cet article, les auteurs ont étudié les modifications de l’anatomie oculaire chez les patients porteurs de kératocônes comparés à un groupe de sujets emmétropes. Il est apparu que, dans le groupe des kératocônes présentant une kérato-conjonctivite vernale (KCV), la longueur axiale de l’œil a été en moyenne plus importante que dans le groupe des kératocônes isolés et également dans le groupe témoin. Les auteurs ont avancé l’hypothèse selon laquelle l’inflammation chronique liée aux KCV serait à l’origine de la destruction du collagène IV.

Déjà connue comme facteur aggravant de la pathologie asthmatique, la rhinite est un élément important à prendre en compte chez les patients atteints de cette affection bronchique. Selon l’équipe de F. Cibella [2], les symptômes oculaires allergiques augmenteraient le rôle de la rhinite comme facteur de risque des poussées asthmatiques, et impacteraient également sur les activités quotidiennes des enfants. La conjonctivite allergique apparaît, dans cet article, comme un élément important à rechercher et à prendre en charge chez les asthmatiques allergiques.

L’allergique des villes et l’allergique des champs, c’est ainsi que W.J. Song et al. auraient pu intituler leur article [3]. Ces auteurs ont réalisé une étude incluant 1 311 jeunes, de communautés différentes, répartis en trois groupes (ruraux, semi-ruraux et urbains) dans lesquels la sensibilisation à 9 allergènes communs a été testée. La sensibilisation a été plus marquée en milieu urbain (26,8 %) qu’en milieu semi-rural (18,2 %) et surtout qu’en milieu rural (11,5 %). La symptomatologie de rhinite, rapportée spontanément par les patients, était également répartie dans les mêmes proportions.

Et si l’on pouvait prévenir l’apparition de la maladie allergique dans les premiers jours de vie ? C’est la question que s’est posée l’équipe de M.R. Simpson [4]. Une supplémentation[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Cabinet Ophtalmologie Foch, BORDEAUX.

Laisser un commentaire