Conjonctivites fibrosantes : les reconnaître et les prendre en charge

0

Reconnaître une conjonctivite fibrosante

La fibrose conjonctivale est caractérisée par l’atteinte de la conjonctive palpébrale et bulbaire supérieure ou inférieure, évoluant depuis la formation de lignes fines rétractile de la conjonctive tarsale vers le comblement des culs-de-sacs conjonctivaux et les symblépharons qui sont des brides entre conjonctive bulbaire et palpébrale.

Tauber et Foster [1] (fig. 1) ont proposé un score de sévérité de la fibrose qui permet l’évaluation et le suivi des patients :

  • stade I : fibrose tarsale supérieure ;
  • stade II : comblement du cul-de-sac inférieur (II A : 0-25 % de la profondeur du cul-de-sac conjonctival ; II B : 25-50 % ; II C : 50-75 % ; II D : 75 %-100 %) ;
  • stade III : symblépharons (III A : 0-25 % de la longueur du cul-de-sac conjonctival ; III B : 25-50 % ; III C : 50-75 % ; III D : 75 %-100 %) ;
  • stade IV : ankyloblépharon.

Les complications sont le syndrome sec sévère (ulcère épithélial, stromal, avec risque de surinfection) par envahissement des glandes à l’origine de toutes les couches du film lacrymal, entretenant l’inflammation par un cercle vicieux.

La fibrose modifie la structure et la dynamique palpébrale responsable d’entropion, de trichiasis, participant également à l’irritation cornéenne puis secondairement à l’inflammation.

L’atteinte cornéenne fait toute la gravité de la maladie, et répond à plusieurs mécanismes : sécheresse, trichiasis, insuffisance mécanique, infection. Elle se traduit par une épithéliopathie fluctuante, des ulcères qui peuvent se surinfecter, des cicatrices opaques néovascularisées, un envahissement cornéen avec appel néovasculaire, puis conjonctivalisation et kératinisation responsable de cécité.

Les conjonctivites fibrosantes sont souvent associées à des atteintes cutanées (maladie bulleuse auto-immune, rosacée, allergie), mais peuvent être aussi isolées, compliquant une conjonctivite virale qui est une cause très fréquente. Le tableau I décrit ses principales étiologies [2].

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur