Quid de la PAMM ?

0

En 2013, Sarraf et al. décrivent dans le JAMA Ophthalmology une nouvelle entité appelée paracentral acute middle maculopathy (PAMM) [1]. Ils rapportent une lésion hyperréflective partielle de la rétine interne et considèrent cet aspect comme une variante de la neurorétinopathie aiguë maculaire. D’un point de vue anatomique, l’hyperréflectivité observée en OCT se situe dans la partie interne de la couche nucléaire interne.La neurorétinite aiguë maculaire a été décrite en 1975 par Boss et Deutman [2]. Elle est caractérisée par la survenue, chez des sujets jeunes, parfois dans les suites d’un épisode pseudo-grippal, d’une baisse d’acuité visuelle modérée associée à des photopsies centrales et un aspect pétaloïde rougeâtre de la macula. La variante décrite ici serait à l’inverse blanchâtre et correspondrait, selon les auteurs, à une atteinte de la rétine intermédiaire secondaire, à une vasoconstriction ou à une occlusion du plexus capillaire[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

CIL, PARIS, Université Paris-Est, CRÉTEIL

Laisser un commentaire