Que sait-on de la toxicité rétinienne des inhibiteurs des MEK ?

0

Les inhibiteurs de MEK (mitogen-activated protein kinase kinase) ont suscité un intérêt considérable en oncologie. Ils ciblent une protéine kinase de la voie des kinase mitogène-protéines, qui est impliquée dans le développement de différents cancers [1]. Ainsi, les stratégies novatrices de thérapie ciblée ont considérablement prolongé la survie des patients présentant un mélanome métastatique. L’addition d’inhibiteurs sélectifs de MEK à l’inhibiteur BRAF (v-raf murine sarcoma viral oncogene homolog B1) a également contribué à l’amélioration des résultats cliniques et a retardé le développement de la résistance aux médicaments chez les patients porteurs d’un mélanome avec une mutation BRAF V600 [2].En France, les bithérapies utilisées en première intention associant un inhibiteur de BRAF à un inhibiteur de MEK sont l’association vemurafenib/cobimetinib ou l’association dabrafenib/trametinib. Bien qu’utilisée dans d’autres pays, l’a[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service D’Ophtalmologie, Centre Hospitalier Intercommunal de CRÉTEIL, Université de CRÉTEIL

Laisser un commentaire