OCT-angiographie et myopie forte

0

Machines disponibles

Au CHU de Strasbourg, nous n’avons pu tester que l’AngioVue, qui est le 1er OCT-A ayant été commercialisé, il y a environ 2 ans. Les autres machines Zeiss ou Heidelberg utilisent sensiblement la même technique, seul l’OCT-A Triton de Topcon est un swept source, ce qui améliore en théorie la pénétration dans les tissus mais dans la myopie forte, la choroïde est en général bien vue y compris avec les sources laser “classique” des autres OCT. Il n’y a actuellement aucune étude comparative entre les différents OCT-A dans la myopie forte.

Étude des néovaisseaux choroïdiens

1. Détection des NVC

Les rares publications sur OCT-A et myopie forte sont en rapport avec les NVC du myope fort. Il est clair que la détection OCT des NVC actifs du myope fort est possible comme dans la DMLA. Cela a un intérêt dans le diagnostic initial de la maladie. L’OCT-A permet de voir le réseau néovasculaire anormal, et les systèmes de segmentation que l’on peut régler manuellement permettent d’isoler plus ou moins bien ce lacis néovasculaire du reste de la choriocapillaire (fig. 1). On peut donc mesurer la taille des NVC, et évaluer au cours du temps et du traitement son évolution.

Cette détection se ferait dans 95 % des cas selon une étude récente de 28 cas [1]. Il faut toutefois relativiser ce résultat car, sur ces 28 patients, 8 patients avaient des néovaisseaux qui n’ont pas été détectés car 7 des 8 patients n’avaient pas des images analysables, et ils n’ont donc pas été comptabilisés. Enfin, 4 des patients n’avaient pas de NVC. En tout, 16 NVC sur 24 ont été détectés, ce qui représente 67 % de détection en réalité, si l’on tient compte des artéfacts qui empêchent l’analyse OCT-A.

On comprend par cette étude la limite la plus importante de l’OCT-A dans la[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service d’Ophtalmologie, Hôpital Civil, STRASBOURG.