Chirurgie réfractive et film lacrymal : nouvelles approches diagnostiques et thérapeutiques

0

Le syndrome sec oculaire a des étiologies multiples, intriquées qui s’auto-entretiennent dans un cercle vicieux.Cette pathologie multifactorielle, connaît aujourd’hui un regain d’intérêt, lié à plusieurs facteurs :sa prévalence dans la population générale est très importante, selon les études et les critères retenus, on retrouve entre 5 et 30 % de patients porteurs d’un syndrome sec, symptomatique ou non [1,2] ;une étude réalisée au Canada a montré que 25 % des patients consultant un optométriste, soumis à un questionnaire de confort, présentaient des signes fonctionnels de sécheresse oculaire [3] ;son impact sociétal est majeur, puisque selon l’étude CALLIOPE [4], 66 % des patients définissent leur sécheresse comme une gêne, 20 % comme une maladie et 12 % comme un vrai handicap.L’étude montre un impact professionnel négatif chez 1 patient sur 5 et un impact dans les loisirs chez 1 sur 4.L’étude CALLIOPE a également montré qu[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire