Prise en charge des complications radiques

0

Les complications radiques surviennent dès lors qu’un organe est exposé à des radiations, que cela soit après radiothérapie externe, brachythérapie (plaques ionisantes), protonthérapie ou radiothérapie par Gamma Knife. Au niveau oculaire, les complications radiques sont consécutives à un traitement radiothérapique d’une tumeur intraoculaire comme le mélanome uvéal ou les métastases choroïdiennes, ou à un traitement d’une tumeur céphalique, naso-pharyngée, orbitaire ou nasale pour lesquelles l’œil se situe dans le champ d’irradiation. Cet article présente de façon synthétique la prise en charge des diverses complications radiques oculaires [1].

Syndrome sec radique

La radiothérapie est un facteur de risque reconnu de syndrome sec oculaire, avec un effet dose-dépendant. L’œil sec post-radique est lié à des lésions oculaires conjonctivales, lacrymales, cornéennes et palpébrales responsables d’une hyposécrétion et d’une hyperévaporation lacrymales [2]. La glande lacrymale principale est particulièrement sollicitée en cas d’irradiation oculaire temporale supérieure.

Le traitement repose en premier lieu sur des substituts lacrymaux non conservés, l’utilisation de la pommade vitamine A ophtalmique, de corticoïdes locaux en cas d’inflammation, de soins de paupières ou de collyre azithromycine en cas de blépharite associée. L’usage de la ciclosporine topique est encore peu décrit dans cette indication. En cas de canaliculite radique responsable de sténose canaliculaire, une intubation bicanaliculo-nasale doit être proposée. Il n’y a pas de contre-indication à l’utilisation de clous méatiques dans les points lacrymaux, mais en cas de dysfonctionnement meibomien ou d’inflammation importante de la surface oculaire, ils peuvent aboutir à une accumulation de larmes toxiques.

Glaucome chronique à angle ouvert radique

Les traitements radiothérapiques oculaires sont considérés comme un facteur de risque de développement d’un glaucome secondaire. Ils sont liés à des altérations fibrotiques et nécrotiques post-radiques de l’angle iridocornéen [3].[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos des auteurs

Service d’Ophtalmologie, Hôpital Pasteur 2, CHU, NICE.

Hôpital Pasteur 2, CHU de NICE.

Hôpital Pasteur 2, CHU de NICE.