Les anastomoses choriorétiniennes : options thérapeutiques

0

La première classification des néovaisseaux choroïdiens (NVC) compliquant la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) a été proposée par Gass. Il les divisait en type 1 quand ils étaient localisés au-dessous de l’épithélium pigmentaire et en type 2 quand ils étaient localisés au-dessus [1]. Les anastomoses choriorétiniennes (ACR) ont été identifiées ultérieurement et classées en type 3 [2]. Elles ont été décrites initialement comme une néovascularisation dont l’origine était intrarétinienne, et le terme retinal angiomatous proliferation a ainsi également été proposé [3]. Le débat sur l’origine rétinienne ou choroïdienne des NVC de type 3 est encore vif aujourd’hui. Les données de l’angiographie en tomographie par cohérence optique vont plutôt dans le sens d’une origine rétinienne [4]. Le pronostic des ACR en l’absence de traitement est mauvais [5]. La photothérapie dynamique (PDT) et le laser thermique n’ont pas permis de [...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Centre ophtalmologique de l’Odéon, Hôpital Lariboisière, Université Paris-Diderot, Sorbonne Paris Cité, PARIS.

Laisser un commentaire