La nouvelle imagerie de la DMLA néovasculaire devient-elle non invasive ?

0

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est l’une des premières causes de malvoyance chez les patients de plus de 50 ans dans les pays industrialisés.

Les formes exsudatives sont marquées par le développement de néovaisseaux d’origine choroïdienne et de localisation sous-rétinienne, donnant lieu à une exsudation et des hémorragies progressives et répétées et, plus tard, par la fibrose. Les proliférations néovasculaires peuvent être rapides et actives : ce sont les néovaisseaux dits visibles (NVV, NVC type 2). Elles peuvent être plus lentes et progressives : ce sont les néovaisseaux dits occultes (NVO, NVC type 1), bien souvent accompagnés d’un décollement de l’épithélium pigmentaire. Les anastomoses choriorétiniennes sont classées NV type 3.

Le diagnostic repose sur l’aspect du fond d’œil et sur l’imagerie rétinienne. L’imagerie multimodale conventionnelle associant l’angiographie à la fluorescéine (AF, en 2 dimensions) et l’OCT (Optical Coherence Tomography) structurel (en section antéro-postérieure) a permis depuis des années de mettre en évidence les diverses formes cliniques de la DMLA néovasculaire exsudative, et d’en apprécier les différents stades évolutifs, basés essentiellement sur les signes exsudatifs et les diffusions avant que ne survienne la cicatrisation fibreuse.

L’OCT-angiographie (OCT-A) permet de mettre en évidence d’une manière non invasive le flux circulatoire dans les vaisseaux du fond d’œil, et de ce fait les trajets vasculaires. Les néovaisseaux d’origine choroïdienne qui se développent progressivement en avant ou sous l’épithélium pigmentaire (EP), à travers l’EP sous la rétine ou en intra­rétinien, peuvent être très précocement décelés en OCT-A.

L’OCT cross-sectionnel avec superposition du flux sanguin, colorisé, permet d’affirmer la présence de néovaisseaux et d’analyser leur extension en surface et en profondeur. L’angiographie à la fluorescéine et au vert d’indocyanine, ainsi que l’OCT et l’OCT-angiographie, vont permettre d’en préciser le type, de choisir la thérapeutique et de surveiller les résultats du traitement.

Les néovaisseaux choroïdiens de type 1

Les néovaisseaux sous-épithéliaux occultes s’expriment par une baisse d’acuité visuelle associée ou non à des métamorphopsies et lentement progressive, avec un fond d’œil pouvant retrouver un décollement séreux rétinien (DSR) peu accentué.[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Centre Ophtalmologique de l’Odéon, PARIS.

Laisser un commentaire