Editorial

0

La prise en charge du glaucome est difficile, car chaque glaucome peut être considéré comme particulier en raison d’une prise en charge individualisée. Par ailleurs, tous les glaucomes avec un œil blanc indolore et une pupille réactive ne sont pas forcément tous des glaucomes primitifs à angle ouvert (GPAO) et peuvent donc être considérés comme “particuliers”, d’où ce dossier de Réalités Ophtalmologiques. Leur prise en charge ne doit pas se résumer à une prescription de collyre hypotonisant puis à une intervention laser ou chirurgicale quand les solutions médicales ont été épuisées.L’exercice est donc difficile et nécessite la prise en considération de nombreux facteurs (dont la gonioscopie et la pachymétrie), sous peine de voir une maladie progresser à bas bruit et conduire à un handicap visuel majeur, voire à la cécité, en raison d’un traitement adéquat instauré trop tardivement.Nous avons regroupé certaines de ces formes de glaucome à œ[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Institut du glaucome, Hôpital Saint Joseph, PARIS, Centre d’Ophtalmologie du Trocadéro, PARIS.

Laisser un commentaire