OVCR : intérêt de l’angiographie ultra-grand champ

0

Thomas AS, Thomas MK, Finn AP et al. Use of the ischemic index on widefield fluorescein angiography to characterize a central retinal vein occlusion as ischemic or nonischemic. Retina, 2019;39:1033-1038.

Les occlusions de la veine centrale de la rétine (OVCR) restent une cause fréquente de baisse d’acuité visuelle chez les adultes. On classe ces occlusions en formes ischémiques ou non ischémiques parce que le pronostic visuel et la prise en charge sont différents pour ces deux formes. La présence d’un œdème maculaire peut être responsable de la baisse d’acuité visuelle dans les deux types d’occlusion, mais seules les formes ischémiques peuvent se compliquer d’une néo­vascularisation oculaire. Sur une série de 442 cas, Hayreh avait observé un taux de conversion des formes non ischémiques vers une forme ischémique de 13,3 % à 6 mois et 18,6 % à 18 mois chez les patients de plus de 65 ans [1].

Jusque dans les années 1990, la notion d’une occlusion ischémique était définie en fonction de la taille des territoires de non-perfusion capillaire observée en angiographie à la fluorescéine [2]. Lorsque la surface de ces territoires dépasse 10 diamètres papillaires, on considère qu’il existe un risque de néovascularisation de l’iris et de l’angle. Le risque de néovascularisation augmente avec la surface des territoires de non-perfusion.

Pourtant, un travail publié par Hayreh en 1990 avait montré que des éléments tels que la diminution du réflexe pupillaire afférent, un déficit du champ visuel et des altérations de
l’électro­rétinogramme se révélaient plus sensibles que l’angiographie à la fluorescéine pour évaluer le caractère ischémique ou non d’une occlusion de la veine centrale [3]. Il semble que les résultats de cette étude puissent à présent être relativisés parce que le champ exploré en angiographie est maintenant largement augmenté avec les appareils grand champ ou ultra-grand champ. Même en réalisant des clichés périphériques, le champ de 30 à 50° des rétinographes conventionnels ne permet pas de bien évaluer l’ischémie périphérique. Au contraire, les appareils les plus récents permettent de mieux examiner la périphérie en une seule capture (200° pour le California 500 de Optos, 133° pour le Clarus 500 de Zeiss et 89° pour l’Eidon de CenterVue).

Cette étude de cohorte rétrospective regroupait 60 patients avec une OVCR naïve de tout traitement et ayant bénéficié d’une angiographie à la fluorescéine ultra-grand champ. L’angiographie a permis de déterminer un indice ischémique (IsI) visant à classer les patients en OVCR ischémique ou non ischémique (fig. 1). Les auteurs ont comparé les valeurs de l’IsI avec le statut ischémique des patients établi sur un défaut du réflexe pupillaire afférent, une acuité visuelle effondrée ou une aggravation de la néovascularisation[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Centre de Rétine Médicale, MARQUETTE-LEZ-LILLE, Service d’Ophtalmologie, Hôpital Lariboisière, PARIS.

Laisser un commentaire