Traitement médical de l’orbitopathie dysthyroïdienne : état des lieux

0

Rappels épidémiologiquesDans 90 % des cas, l’orbitopathie dysthyroïdienne (ODT) est secondaire à une maladie de Basedow. Dans 5 % des cas elle concerne des patients en hypothyroïdie, et dans 5 % des cas des sujets euthyroïdiens. L’ODT peut survenir avant (20 %), au moment (40 %) ou après (40 %) le diagnostic de la maladie de Basedow. La plupart du temps, l’ODT y est mineure et ce n’est que pour 25 % à 50 % des patients que l’ODT est significative, principalement dans les 18 premiers mois suivant le diagnostic [1].En moyenne, 4 femmes sont touchées pour 1 homme. Le tabac constitue un facteur déclenchant et aggravant majeur. L’ODT est à l’origine d’une altération de la qualité de vie et de dépression souvent sous-diagnostiquées. Récemment, un risque de suicide accru a été mis en évidence chez ces patients.Brefs rappels physiopathologiques et moléculairesL’ODT résulte d’un conflit entre :Un contenant : l’orbite osseuse, inexte[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos des auteurs

Service d’Ophtalmologie, Hôpital Pasteur 2, CHU de Nice

Service d’Endocrinologie, Hôpital de L’Archet, CHU de NICE.

Laisser un commentaire