VPC : une forme de DMLA ou une pathologie à part entière ?

0

La vasculopathie polypoïdale choroï­dienne (VPC) a été décrite pour la première fois par Yannuzzi en 1982 [1]. Elle est décrite comme une vascularisation anormale et ramifiée de la choroïdienne interne, associée à des dilatations vasculaires anévrysmales et pouvant être responsable d’un décollement de l’épithélium pigmentaire (DEP) séreux, et parfois d’un véritable tableau hémorragique. La VPC est le plussouvent idiopathique, mais peut aussi être secondaire à une dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) exsu­dative, un staphylome myopique, une épithéliopathie rétinienne diffuse (ERD) ou un nævus.Plus récemment, Freund intègre la VPC dans le spectre des pachychoroïdes [2] (tableau I), et a récemment rebaptisé la VPC en “néovaisseaux de type 1 avec anévrysmes” [3].Quelles sont finalement les différences entre la DMLA et la VPC ?1. Épidémiologie (tableau II)Sur le plan épidémiologique, à l’inverse de la DMLA exsudative, la [...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos des auteurs

Centre Hospitalier Intercommunal, CRÉTEIL.

Comité scientifique de la Fédération France Macula.

Laisser un commentaire