Répétabilité intra-examinateurs et reproductibilité inter-examinateurs d’une réfraction subjective

0

En ophtalmologie, la réfraction vise à déterminer la puissance du verre de lunettes permettant au sujet de bien voir, en vision monoculaire comme en vision binoculaire. La procédure de réfraction procède d’une démarche algorithmique qui aboutit à la détermination d’une correction sphéro­cylindrique (sphère – cylindre × axe). Cette correction peut néanmoins varier d’un examen à l’autre, pour de multiples raisons physio­logiques et/ou liées aux conditions de l’examen.

Pour un sujet donné, une valeur de réfraction de référence (ou intrinsèque) pourrait être obtenue en moyennant une “infinité” de mesures sur ce même sujet. Une première étape consiste à déterminer l’intervalle au sein duquel une mesure pour ce même sujet, par un examinateur donné, correspond à une variation de réfraction cliniquement non significative. Il convient ensuite de définir quel peut être cet intervalle si on compare, non pas une, mais deux mesures par le même examinateur à des moments différents ou par deux examinateurs différents sur ce même sujet. Cet article consiste en une revue de la littérature consacrée à cette question.

Afin de comparer les différents résultats, certains auteurs ont conservé l’expression classique de la réfraction “sphère (S) – cylindre (C) × axe (A)” alors que d’autres ont converti ces données en vecteurs de puissance, selon la méthode décrite par Thibos et al. [1]. Ces vecteurs de puissances permettent d’obtenir des paramètres indépendants nommé M (pour la sphère équivalente [SE]), J0 et J45 pour les composantes cylindriques.

Dans ce contexte de détermination des erreurs de réfraction, le terme “répétabilité” est utilisé lorsque plusieurs mesures de réfraction sont obtenues par un seul praticien, sur le même sujet et dans les mêmes conditions. La “reproductibilité”, quant à elle, est bien un terme utilisé lorsque plusieurs mesures d’une réfraction subjective ont été obtenues sur un même sujet par différents praticiens.

Facteurs pouvant être à l’origine des variations des résultats de la réfraction subjective

Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine des fluctuations[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos des auteurs

Fondation Ophtalmologique
A. de Rothschild, CEROC, PARIS.

Fondation Ophtalmologique
A. de Rothschild, CEROC, PARIS.

Fondation Ophtalmologique
A. de Rothschild, CEROC, PARIS.

Fondation Rothschild, CEROC, PARIS.

Laisser un commentaire