Œil, maladie de Lyme et syphilis : épidémiologie et formes cliniques

0

Œil et maladie de Lyme

La maladie de Lyme (ML) est une maladie transmise par les morsures de tiques du genre Ixodes (ricinus en Europe). Elle a été décrite pour la 1re fois en 1975 aux USA dans la ville de Lyme au Connecticut. Les changements climatiques et la migration ont augmenté son incidence dans plusieurs pays européens. Elle constitue aujourd’hui la maladie à transmission vectorielle la plus fréquente en France.

Chaque année, 3,4 millions de tests pour la ML sont réalisés aux États-Unis avec un coût annuel s’élevant à 492 millions de dollars [1, 2]. Le Centers for Disease Control and Prevention (CDC, États-Unis) ne recommande les tests sérologiques que pour les patients symptomatiques avec un risque de morsure de tiques.

1. Épidémiologie

Le spirochète responsable de la ML fait partie de la famille du Borrelia burgdoferi sensu lato aux États-Unis, et le B. afzelii, B. garinii en Europe et en Asie. La tique responsable est présente dans les régions boisées mais également dans les parcs urbains. Les personnes les plus à risque sont les gardes forestiers, les fermiers, les chasseurs, mais aussi les randonneurs, les campeurs et les ramasseurs de champignons. La tique étant quiescente en période froide, les infections sont plus fréquentes de fin mai à fin juin. Il y a une légère prédominance féminine et de la forme cutanée de la maladie en Europe. La notion de piqûre de tique n’est retrouvée que dans 25 % des cas [3].

Aux États-Unis, la maladie de Lyme est plus fréquente dans l’hémisphère Nord. Le nombre de cas reporté au CDC a triplé de 1992 (9 908 cas confirmés) à 2013 (27 203 cas confirmés et 9 104 cas probables). Ceci est partiellement expliqué par une meilleure surveillance et de meilleurs tests diagnostiques, mais aussi peut-être par une réelle augmentation de la transmission.

En Europe, la transmission de la ML est plus importante dans les pays à climat tempéré, notamment en Europe centrale et du nord-est. En France métropolitaine, depuis 2009, la surveillance de la ML est réalisée par un réseau de médecins généralistes appelé “Sentinelles”. L’incidence était stable entre 2009 et 2015 (46 cas pour 100 000 habitants). En 2016, une augmentation significative a été observée[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos des auteurs

Fondation Ophtalmologique Adolphe de Rothschild, Hôpital Bichat-Claude-Bernard, PARIS.

Fondation Ophtalmologique Adolphe de Rothschild, Hôpital Bichat-Claude-Bernard, PARIS.

Fondation Ophtalmologique Adolphe de Rothschild, Hôpital Bichat-Claude-Bernard, PARIS.

Laisser un commentaire