Place de l’UBM dans l’analyse du segment antérieur

0

L’ultra-biomicroscopie ou UBM ou encore échographie de haute et très haute fréquence a été décrite pour la première fois par Charles Pavlin dans les années 1990 [1]. Son intérêt se résume à utiliser les propriétés de l’échographie pour analyser le segment antérieur. Son développement a été rapide avec de plus en plus d’indications et des améliorations techniques, rendant cet examen davantage disponible. À l’aire du “tout OCT” se pose la question de la place de l’UBM. Mais les limites de la technique OCT et tout particulièrement pour le segment antérieur laissent une place de choix à l’UBM.

Nous allons ainsi voir le principe technique de l’UBM, ses avantages et ses inconvénients de manière non exhaustive, les différentes indications possibles et sa place par rapport à l’OCT de segment antérieur [2]. Globalement, il convient de retenir qu’en 2019, l’UBM est un examen complémentaire de l’OCT de segment antérieur. Ainsi, nous associons actuellement les deux techniques, privilégiant l’une ou l’autre selon l’indication et l’information à retenir.

Principes techniques

L’UBM est un appareil d’échographie, donc basé sur les ultrasons. L’appareil émet des ultrasons via un transducteur et recueille les échos (ultrasons de retour) pour en déduire une écho­graphie en mode A (ou amplitude), selon un vecteur de contrôle, ou en mode B (ou brillance), selon une échelle de gris avec une image en coupe (fig. 1 et 2). Selon la fréquence d’oscillation et la focale, nous pouvons analyser les différentes structures de l’œil [3]. Ainsi, pour le segment antérieur, nous utilisons une sonde à focale courte avec une fréquence élevée (entre 35 MHz et 50 MHz). L’appareil initialement décrit était à 50 MHz mais, pour certains appareils, les images sont plus belles à des fréquences moindres. Chaque sonde est unique et chaque fabricant a le meilleur compromis entre fréquence, focale et qualité d’image.

Parmi les avantages, le principal point à retenir est que les ultrasons traversent toutes les structures et permettent ainsi de visualiser la totalité de l’œil (fig. 3). Pour le segment antérieur, cela donne la possibilité de visualiser la chambre postérieure avec les corps ciliaires, les fibres zonulaires, l’équateur du cristallin et l’extrême périphérie rétinienne (fig. 4). Les autres avantages sont nombreux, comme la possibilité de réaliser un examen en condition scotopique stricte, en position décubitus et[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Centre Explore Vision, PARIS, Centre d’Exploration de la Vision, RUEIL-MALMAISON, Hôpital Lariboisière, PARIS.