Treat & Extend : intervalles de 2 ou 4 semaines ?

0

Ohji M, Takahashi K, Okada AA et al. Efficacy and safety of intra­vitreal aflibercept treat-and-extend regimens in exudative age-­related macular degeneration: a randomized controlled trial. Adv Ther, 2020;37:1173-1187.

Le schéma de retraitements Treat & Extend (T&E) est probablement celui qui est le plus utilisé en pratique courante pour le traitement des néovaisseaux maculaires de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). Il avait initialement été proposé par Richard Spaide en 2007 [1]. Ce schéma vise à diminuer le nombre des injections intravitréennes (IVT) et le nombre de visites de contrôle tout en préservant un résultat sur l’acuité homogène avec celui des études MARINA et ANCHOR qui ont validé le ranibizumab, c’est-à-dire 7 à 10 lignes de gain sur l’échelle ETDRS à la fin de la première année. Plusieurs études ont par la suite validé ce schéma de retraitement utilisant soit le ranibizumab, soit l’aflibercept [2-4].

Le but de cette étude prospective japonaise était de montrer la possibilité de diminuer encore les contraintes du schéma T&E tout en maintenant le gain d’acuité visuelle (AV) apporté par un anti-VEGF chez des patients ayant des néovaisseaux maculaires de la DMLA naïfs de tout traitement antérieur. Alors que la plupart des études comportant un rythme proactif en T&E utilisent un intervalle d’ajustement de 2 semaines, les auteurs de l’étude ALTAÏR ont comparé deux groupes de patients répartis par tirage au sort, l’un recevant des IVT d’aflibercept avec un intervalle d’ajustement de 2 semaines (n = 124), l’autre recevant des IVT d’aflibercept avec un intervalle d’ajustement de 4 semaines (n = 123).

À 52 semaines, le gain moyen d’AV en lettres ETDRS était de +9,0 dans le groupe “2 semaines” et de +8,4 dans le groupe “4 semaines”. À 96 semaines, le gain moyen était de +7,6 dans le groupe “2 semaines” et de +6,1 dans le groupe “4 semaines” (fig. 1). En outre à la 96e semaine, 56,9 % des patients du groupe “2 semaines” et 60,2 % du groupe “4 semaines” avaient atteint un intervalle de traitement de plus de 12 semaines. Le nombre moyen d’IVT pendant 96 semaines était de 10,4 pour les deux groupes. Enfin, le profil d’innocuité global d’aflibercept était conforme aux études précédentes. L’intérêt de l’étude repose sur son originalité, sa méthodologie rigoureuse et le nombre conséquent des patients testés sur 2 ans. Les auteurs font remarquer qu’à l’avenir, les études comportant un T&E pourraient être encore plus personnalisées en tenant compte des facteurs prédictifs de l’évolution tels que les types de néovaisseaux ou la présence de fluide intrarétinien.

Bibliographie

  1. Spaide R. Ranibizumab according to need:[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Centre de Rétine Médicale, MARQUETTE-LEZ-LILLE, Service d’Ophtalmologie, Hôpital Lariboisière, PARIS.

Laisser un commentaire