Signes d’ischémie et d’hypoperfusion chez le diabétique

0

La caractéristique commune aux anomalies du fond d’œil développées au cours de la rétinopathie diabétique (RD) est l’ischémie rétinienne, c’est-à-dire la diminution du débit sanguin local qui devient insuffisant pour assurer les besoins métaboliques du tissu. L’ischémie rétinienne peut être diagnostiquée cliniquement à l’examen à la lampe à fente ou sur les photographies du fond d’œil par des signes indirects : hémorragies intrarétiniennes en taches, anomalies veineuses telles que veines en “chapelet”, boucles veineuses rétiniennes, anomalies microvasculaires intrarétiniennes (AMIR), nodules cotonneux.

L’angiographie à la fluorescéine permet, elle, de visualiser les territoires d’ischémie secondaires aux occlusions capillaires. Et l’OCT-A permet de façon non invasive de mettre en évidence ces zones de non-perfusion. Si les signes de la rétinopathie diabétique au fond d’œil sont bien connus, la classification que nous utilisons actuellement nécessite probablement d’être nuancée et actualisée à l’aide de nouveaux dispositifs d’imagerie à notre disposition.

La corrélation entre les lésions élémentaires de la RD vues sur les rétinographies et la non-perfusion sous-jacente est bien établie, en absence de traitement [1]. Mais la sévérité de la RD évaluée à l’aide des lésions vues au fond d’œil ou à l’aide des rétinophotographies doit être interprétée avec prudence sous traitement par anti-VEGF.

Cet article rappelle la séméiologie des lésions de rétinopathie diabétique visibles au fond d’œil et discute l’intérêt des autres dispositifs d’imagerie tels que l’angiographie à la fluorescéine ou l’OCT-A, notamment en cas de traitement intravitréen.

Quels sont les signes élémentaires de la rétinopathie diabétique ?

>>> Les microanévrysmes (MA) sont les premiers signes de la rétinopathie diabétique au fond d’œil. Ils se présentent sous forme de lésions puncti­formes rouges. À l’angiographie à la fluorescéine, les MA apparaissent alors sous forme de lésions punctiformes hyperfluorescentes, à bords nets, dont la fluorescence est maximale au temps artério-veineux. Ils siègent le plus[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service d’Ophtalmologie, Hôpital Lariboisière, PARIS.