Quoi de neuf dans les pathologies cornéennes ?

0

Greffes endothéliales

La greffe endothéliale est la technique de référence des traitements des dysfonctions et dystrophies endothéliales. Elle permet une récupération visuelle rapide, de meilleurs résultats réfractifs (moins d’astigmatisme induit, moins d’aberrations optiques) et diminue le risque de rejet de greffe.

1. DMEK versus DSAEK (fig. 1)

Une revue Cochrane de la littérature comparant DMEK (Descemet membrane endothelial keratoplasty) et DSAEK (Descemet stripping automated endothelial keratoplasty) a été publiée en 2018 [1]. Aucune étude randomisée n’était jusqu’alors publiée. Quatre études non randomisées (144 yeux de 72 patients) faisaient état du faible niveau de preuve de meilleure acuité visuelle après DMEK à 1 an, à mettre en parallèle avec un plus grand nombre de décollements descemétiques.

Une étude de 2019 compare 50 yeux de 38 patients randomisés entre DMEK et UT-DSAEK (ultra-thin DSAEK) [2]. L’indication principale était la dystrophie de Fuchs (dans 96 % des cas), l’âge moyen était de 68 ans. L’acuité visuelle était meilleure dans le groupe DMEK, de 1,8 ligne à 6 mois et de 1,4 ligne à 1 an. La densité endothéliale était identique dans les 2 groupes. Les décollements postopératoires du greffon ayant nécessité une reprise par injection d’une bulle d’air en chambre antérieure étaient supérieurs après DMEK (6 contre 1). L’étude concluait sur une meilleure acuité visuelle après DMEK sur ce délai de suivi.

Sur une cohorte de 393 patients opérés de DMEK suivis à 5 ans [3], le taux de survie du greffon était de 90 % avec une amélioration continue de l’acuité visuelle jusqu’au 36e mois, puis une stabilité jusqu’au 60e mois. La densité endothéliale a diminué de 37 % à 6 mois, 40 % à 1 an et 55 % à 5 ans. Un rejet de greffe est survenu dans 2,8 % des yeux, une décompensation primaire du greffon dans les suites immédiates de la greffe dans 0,2 % des cas et une décompensation à distance dans 2,8 %[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Centre de Référence National du Kératocône, CHU, TOULOUSE.