Plaies et contusions du segment antérieur

0

Dans une vie, une personne a environ 20 % de risque de subir un traumatisme oculaire significatif. La pathologie traumatique représente 16 % des passages aux urgences ophtalmologiques [1]. Les plaies du globe oculaire, en revanche, sont rares. Elle représentent moins de 0,1 % des traumatismes oculaires [1]. Le contexte d’une plaie et/ou contusion oculaire est habituellement celui d’une agression, d’un accident domestique, de la voie publique, de l’exposition à un projectile ou de profession à risque. Les facteurs favorisants classiques sont l’absence de dispositif de protection oculaire, l’imprégnation psychotrope (médication, alcool, stupéfiant) ou une pathologie psychiatrique associée. Bien sûr, le contexte collectif (sport, évènementiel, manifestation) est plus propice à ce type d’accident. Un œil fragilisé par une intervention chirurgicale ou une pathologie antécédente (par exemple kératoglobe, kératolyse) prédispose à une plaie à globe ouvert.

La classification internationale Bir­mingham Eye Trauma Terminology System (BETTS) établit les termes à utiliser pour décrire une plaie ou contusion du globe oculaire [2, 3]. L’Ocular Trauma Score (OTS) propose un score pronostique de ces affections selon les zones oculaires impliquées [4, 5]. Les plaies graves cornéosclérales ou sclérales représenteraient environ 80 % des plaies du globe. On retrouve un corps étranger intraoculaire (CEIO) dans 20 à 40 % des plaies à globe ouvert.

La brûlure oculaire est un sujet spécifique que nous n’aborderons pas ici, bien qu’il puisse être associé aux plaies et contusions du globe oculaire, et donc pris en charge simultanément le cas échéant.

Terminologie descriptive (BETTS) (fig. 1)

Un globe oculaire peut présenter une[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Université de Paris, urgences ophtalmologiques de l’AP-HP, Hôpital Cochin, PARIS.

Laisser un commentaire