Actualités dans l’œdème maculaire diabétique

0

C’est en avril dernier, en pleine période de confinement lors de la pandémie de Covid-19, que Réalités Ophtalmo­logiques, en partenariat avec le Laboratoire Horus Pharma, a organisé une webconférence à distance sur le thème des actualités dans l’œdème maculaire diabétique à laquelle participaient le Pr Laurent Kodjikian (Président de la SFO et CHU de La Croix Rousse, Lyon), le Pr Frédéric Matonti (Centre Monticelli, Marseille) et le Pr Stéphanie Baillif (CHU, Nice). À ce jour, plus de 600 ophtalmologistes ont suivi cette webconférence en direct et en différé. Les communications sont d’ailleurs encore en ligne et disponibles sur le site https://omd.realites-ophtalmologiques.com.

Données de vie réelle en Europe

Le Pr Frédéric Matonti a exposé les données de vie réelle en Europe concernant l’utilisation de l’implant d’acétonide de fluocinolone, l’Iluvien®, dans l’œdème maculaire diabétique (OMD).

>>> L’étude IRISS (Iluvien Registry Safety Study) [1] intègre les données de 500 patients britanniques, allemands et portugais concernant l’efficacité et la tolérance de l’Iluvien®. Les patients inclus étaient majoritairement pseudophaques (82,6 %) et plusieurs (17,2 %) ont reçu un traitement bilatéral. Dans cette étude, 5,2 % des patients avaient une pression intraoculaire initiale supérieure à 21 mmHg, alors que c’était un critère d’exclusion des études pivotales FAME [2]. Moins d’un quart de la population incluse (23,2 %) a nécessité un traitement hypotonisant, ce qui correspond donc à un taux d’hypertonie beaucoup moins élevé que celui relevé dans l’étude pivotale. Le taux de chirurgies filtrantes (1,2 %) était également 5 fois moins élevé que dans l’étude pivotale FAME.

Les patients ont été traités de façon beaucoup plus large et pouvaient avoir de meilleures acuités visuelles initiales que dans l’étude pivotale FAME. L’analyse en sous-groupes montrait d’ailleurs de meilleurs résultats fonctionnels chez les patients présentant un œdème maculaire plus récent. Les patients qui présentaient des OMD chroniques (OMDc) anciens avaient une stabilisation de leur acuité visuelle alors que les patients qui avaient des OMDc plus récents (moins de 3 ans) avaient de meilleurs résultats fonctionnels (fig. 1).

>>>[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service d’Ophtalmologie, Hôpital Lariboisière, PARIS.