Prise en charge du glaucome : les leçons de la COVID-19

0

Quels sont les risques d’un retard diagnostique ?

L’évolution de la forme classique de glaucome en Occident (glaucome primitif à angle ouvert [GPAO]) est lente, avec une altération du nerf optique et une dégradation du champ visuel se déroulant sur plusieurs années. Un retard diagnostique de quelques mois aura donc probablement eu peu de conséquence sur le pronostic visuel.

Il est à noter que certaines formes de glaucomes secondaires à angle ouvert (glaucomes exfoliatifs) et les glaucomes par fermeture de l’angle évoluent naturellement plus rapidement, et une dégradation significative peut se produire sur une période de quelques mois. Enfin, les rares formes aboutissant à une élévation rapide et symptomatique de la pression intraoculaire ([PIO] crise aiguë de fermeture de l’angle, glaucome néovasculaire, hypertonie uvéitique) doivent être prises en charge sans délai même dans un contexte d’accès restreint aux soins, sous peine d’une perte rapide et irréversible de la fonction de l’œil atteint.

La Société Française d’Ophtalmologie a proposé au printemps 2020 un algorithme rappelant les délais de prise en charge d’un glaucome en période d’épidémie de COVID-19 (tableau I).

Peut-on différer le suivi d’un patient glaucomateux ?

Plusieurs études se sont intéressées à la vitesse de progression chez des sujets glaucomateux traités et suivis en pratique clinique courante. Dans une étude des dossiers médicaux de 583 patients atteints de glaucomes[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Clinique Ophtalmologique Universitaire de Grenoble et Université Grenoble Alpes.