Quoi de neuf en surface oculaire ?

0

La pandémie de COVID-19 a sensiblement réduit l’activité de recherche clinique et, dans une certaine mesure, les innovations thérapeutiques dans de nombreux domaines. En surface oculaire, quelques nouveautés ont toutefois marqué l’année. Tout d’abord, il faut bien reconnaître que cette maudite COVID-19 entretient quelques relations avec la surface oculaire. Pour changer de thématique, on a également vu des entités décrites depuis de nombreuses années revenir sur le devant de la scène avec une nouvelle dynamique pour la recherche de solutions thérapeutiques : on pense notamment aux douleurs neuropathiques cornéennes et aux blépharites à Demodex. Enfin, de nouveaux traitements anti-inflammatoires pour les cas les plus modérés comme pour les cas les plus sévères ont trouvé leur place dans notre “boîte à outils” des pathologies de surface.

COVID-19 et surface oculaire

Cette thématique, abordée en détail dans le dossier du numéro de décembre 2020 de Réalités Ophtalmologiques, reste malheureusement d’actualité… Nous ferons ici une courte synthèse de ce qu’il faut savoir des relations entre le SARS-CoV-2 et la surface oculaire.

1. Les faits

Tout d’abord, ce virus à ARN enveloppé peut se transmettre via des projections contaminées dans la surface oculaire. Les études expérimentales ont mis en évidence que le virus était capable d’infecter et de se répliquer dans les cellules conjonctivales [1]. Une étude chinoise récente a d’ailleurs montré que le fait de porter des lunettes semble être un facteur protecteur contre la contamination par[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos des auteurs

Service d’Ophtalmologie, Hôpital Bicêtre, LE KREMLIN-BICÊTRE.

Service d’Ophtalmologie, Hôpital Bicêtre, Université Paris Sud, LE KREMLIN-BICÊTRE. Laboratoire de Virologie Moléculaire et Structurale, UMR 3296, CNRS, GIF-SUR-YVETTE