Innovations cornée 2021 : échanges d’expériences public et privé

0

Les laboratoires Horus ont organisé un symposium virtuel au cours des dernières Journées de Réflexions Ophtalmologiques avec la participation des Prs L. Hoffart et D. Touboul. En voici un résumé.

Anesthésie en ophtalmologie : nouvelles perspectives

D’après la communication du Pr D. Touboul (CHU de Bordeaux)

La chirurgie de la cataracte est la chirurgie la plus pratiquée avec, en 2018, 809 334 chirurgies en France et plus de 25 millions dans le monde [1]. Les injections intravitréennes (IVT) sont aussi très fréquentes, on compte 1 959 462 IVT par an en France entre 2012 et 2015 [2] et 5 900 000 IVT aux États-Unis en 2016 [3]. Ces interventions sont le plus souvent réalisées sous anesthésie topique.

Pour rappel, les différents modes d’anesthésie peuvent être :

>>> L’anesthésie topique :
– pure : oxybuprocaïne, tétracaïne ;
– améliorée : lidocaïne gel, injection intracamérulaire ;
– assistée : sédation, per os ou intraveineuse.

>>> L’anesthésie locorégionale : péribulbaire/sous-ténonienne/rétrobulbaire.

>>> L’anesthésie générale.

Les habitudes des ophtalmologistes français, d’après le questionnaire du Dr Richard Gold (Safir 2016), sont dominées par l’anesthésie topique parfois complétée par une injection intracamérulaire dans 76,35 % des cas. Pourtant, dans les données de remboursement de la Haute Autorité de santé (HAS) en 2020 [4],
90 % des chirurgies de la cataracte sont réalisées sous anesthésie générale ou locorégionale.

L’avis de la HAS du 14 mai 2020 [1] éclaircit la situation et propose que l’anesthésie topique plus ou moins intracamérulaire soit la technique de choix en 1re intention pour la cataracte. Pour les chirurgies plus compliquées ou nécessitant plus de temps (cataracte brune, blanche, subluxation, chirurgie combinée planifiée), une anesthésie locorégionale est possible (sous-ténonienne, péribulbaire). L’anesthésie rétrobulbaire n’est, en revanche, plus recommandée. L’anesthésie générale, quant à elle, est possible uniquement en cas de contre-indication à l’anesthésie[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Fondation A. de Rothschild, PARIS