Auteur Paques M.

Service d’Ophtalmologie, Fondation Rothschild, PARIS.

Dossier : Les occlusions veineuses rétiniennes
0

L’imagerie rétinienne à haute résolution par optique adaptative s’ouvre à de nouveaux champs d’exploration, la pathologie vasculaire s’avérant être un domaine prometteur.
La paroi vasculaire artérielle est en effet observable et même mesurable, ce qui en fait un nouveau biomarqueur des effets de l’HTA sur les microvaisseaux, mais également permet d’analyser les croi-sements artérioveineux et donc de mieux en comprendre leur pathogénie.

Revues Générales
0

L’imagerie par optique adaptative du fond d’œil permet une sémiologie quasi microscopique des maladies de la rétine. Plusieurs applications nouvelles se sont révélées ces dernières années, principalement les dystrophies rétiniennes, la dégénérescence maculaire liée à l’âge et les maladies vasculaires dont l’hypertension artérielle et les inflammations.
Bien que d’interprétation plus complexe que la photographie du fond d’œil, les premières études indiquent un potentiel important pour la détection précoce et surtout le suivi thérapeutique des maladies. Les applications extra-ophtalmologiques, en particulier vers la médecine interne, ouvriront un nouveau champ de coopération entre ophtalmologistes et internistes.

Repères pratiques
1

L’occlusion de l’artère centrale de la rétine (OACR) doit être considérée comme l’équivalent d’un accident vasculaire cérébral (AVC), et donc, le principe du bilan est similaire. Par contre, en ce qui concerne le traitement, contrairement aux AVC, la thrombolyse et la prise en charge type “stroke center” n’ont pas fait leurs preuves dans cette indication.

La prise en charge d’une OACR a pour but d’identifier une cause emboligène et de prévenir les complications oculaires. Il n’y a pas de consensus sur la thérapeutique.

Dossier : Les occlusions veineuses rétiniennes
0

Les internes que nous formons dans nos services ont grandi avec l’OCT et les injections intravitréennes, alors que ma génération a été élevée à l’angiographie et au laser. Les plus jeunes d’entre nous n’ont pas toujours conscience du progrès diagnostique et thérapeutique que cela a représenté pour nos patients porteurs d’œdème maculaire, et ont le réflexe OCT puis IVT assez facile. Certains pourront regretter que l’analyse clinique fine ait parfois cédé le pas au “tout-OCT” et au “tout-IVT”, mais c’est la tendance naturelle (pour autant que ce terme ait un sens en thérapeutique…) de tout progrès médical.