Revue Francophone des Spécialistes de la Rétine

Revue Francophone des Spécialistes de la Rétine
0

Le syndrome d’Irvine-Gass représente la première cause de baisse de vision après chirurgie de la cataracte. Son diagnostic est souvent simple, une angiographie à la fluorescéine doit néanmoins être réalisée en cas de forme atypique.
Le traitement curatif n’est pas consensuel. On utilisera en première intention des anti-inflammatoires non stéroïdiens locaux, parfois associés à des corticostéroïdes topiques et de l’acétazolamide. En cas d’échec, il faut avoir recours aux corticoïdes injectés en périoculaire ou en intravitréen. Dans les formes réfractaires, un traitement par injections d’anti-VEGF ou par immunomodulateur type interféron ou immunosuppresseur type anti-TNF doit se discuter.

Revue Francophone des Spécialistes de la Rétine
0

La détection précoce des maladies rétiniennes spécifiques au contexte pédiatrique est déterminante pour le pronostic visuel de l’enfant mais aussi, dans certaines circonstances, pour son pronostic vital.
Savoir reconnaître un rétinoblastome et ses principaux diagnostics différentiels tels que la maladie de Coats ou la persistance de la vascularisation fœtale est indispensable afin d’instaurer un traitement et un suivi adaptés. Le diagnostic des hémorragies rétiniennes associées à une maltraitance pouvant mettre en jeu la vie de l’enfant est d’importance capitale. La réalisation d’un bilan d’extension s’avère essentielle devant des pathologies rétiniennes associées à des manifestations systémiques ou faisant partie d’associations syndromiques. Enfin, la détection précoce de pathologies potentiellement cécitantes, telles que les dystrophies rétiniennes, exige à l’heure actuelle la réalisation d’un bilan génétique.

Revue Francophone des Spécialistes de la Rétine
0

On estime à 50 % la proportion de la population mondiale qui sera myope en 2050 et à 10 % celle de la myopie forte à risque de complications potentiellement cécitantes (glaucome, décollement de rétine, maculopathie). La freination de la myopie chez l’enfant est un enjeu de santé publique majeur afin de lutter contre cette pandémie annoncée.
La littérature scientifique des 20 dernières années est riche d’études cliniques et méta-analyses sur les stratégies existantes. Certaines d’entre elles, inefficaces, doivent être abandonnées (verres progressifs ou prismés, sous-correction, lentilles monofocales), d’autres ont fait leur apparition récemment et semblent prometteuses (verres et lentilles diurnes à défocalisation périphérique), enfin, l’atropine et l’orthokératologie confirment leur positionnement dans le domaine. Malgré cela, il n’existe toujours pas de conduite à tenir consensuelle et la stratégie doit être adaptée au cas par cas.

Revue Francophone des Spécialistes de la Rétine
0

La réduction des risques de cécité chez le myope fort consiste à dépister, surveiller et traiter les complications maculaires néovasculaires ou tractionnelles, la neuropathie optique glaucomateuse et les lésions périphériques prédisposant au décollement de rétine. L’examen en imagerie multi­modale haute définition sert à une meilleure identification des complications et à leur surveillance dans le temps. Le suivi longitudinal des champs visuels et des examens d’imagerie permet d’affirmer la présence d’une neuropathie optique glaucomateuse et de corréler les déficits du champ visuel au degré d’atrophie maculaire.

Revue Francophone des Spécialistes de la Rétine
0

On assiste actuellement à une véritable épidémie mondiale de myopie, particulièrement marquée dans les pays du Sud-Est asiatique où plus de 80 % des jeunes sont myopes. Le nombre de myopes au niveau mondial a été évalué à 2,6 milliards en 2020, dont 399 millions de myopes forts. En Europe, environ 50 % des jeunes adultes sont myopes et 5 % sont myopes forts. En France, les quelques données disponibles semblent confirmer ces chiffres.
La très grande prévalence de la myopie pose le problème du coût et de l’accès à la correction optique (6,3 milliards d’euros en France, dont 1,7 milliard de reste à charge pour les ménages), mais également celui des nombreuses complications oculaires, faisant craindre une augmentation des cas de déficiences visuelles irréversibles. Il apparaît crucial de documenter l’évolution de cette épidémie de myopie dans les années futures.

Revue Francophone des Spécialistes de la Rétine
0

Après quelques années de distanciel à cause de l’épidémie de COVID-19, ce numéro de printemps de la Revue Francophone des Spécialistes de la Rétine, publiée sous l’égide du Club Francophone des Spécialistes de la Rétine (CFSR), est l’occasion de se réjouir de nos retrouvailles durant la journée du CSFR, en marge de la Société française d’ophtalmologie. En attendant cet événement, nous pouvons déjà lire avec plaisir ce numéro comportant des articles de grande qualité, notamment sur un sujet dont l’importance pour l’avenir de la santé visuelle commence à être au premier plan : la myopie, en particulier pathologique.

Revue Francophone des Spécialistes de la Rétine
0

Les huiles de silicone sont souvent utilisées en chirurgie vitréo-rétinienne en tant que tamponnement de longue durée d’action. Ces huiles ne sont cependant pas exemptes de complications, avec un risque d’émulsification et d’adhésion aux implants intraoculaires ou à la rétine (sticky silicone).
Le F4H5 WashOut est un dissolvant d’huile de silicone pouvant s’administrer en segment antérieur et postérieur. Il est utilisé afin de dissoudre les résidus d’huile de silicone intraoculaires. Sa tolérance est actuellement bonne et son utilisation efficace.

Revue Francophone des Spécialistes de la Rétine
0

L’Hôpital Fondation Rothschild s’est équipé, depuis février 2020, d’un cube opératoire et, depuis février 2021, de colonnes d’air ultramobiles pour la réalisation d’injections intravitréennes (IVT). Fort d’une expérience de près de 2 500 chirurgies de la cataracte pour plus d’une vingtaine d’opérateurs différents, on note une sécurité similaire avec une anxiété moindre du point de vue des patients. Un circuit ultra-court a été mis en place, dans lequel le patient ne se change pas en tenue de bloc et n’est présent à l’hôpital que quelques dizaines de minutes. Aucune endophtalmie n’a été déclarée depuis l’installation. Depuis la mise en place des colonnes d’air ultramobiles, 13 500 injections ont été réalisées avec la même sécurité et la même facilité d’installation.
Ces choix ont été faits d’un point de vue financier et pratique, car la mise en place de ce cube opératoire et de ces tables a permis d’agrandir le bloc et les salles blanches d’IVT pour un coût moindre.

Revue Francophone des Spécialistes de la Rétine
0

Le Navilas est un laser de nouvelle génération qui offre la possibilité de planifier à l’avance la localisation des impacts laser que l’on souhaite effectuer et, ainsi, d’augmenter la précision des traitements maculaires et périphériques. Il a été montré que les séances de photocoagulation panrétinienne utilisant cette technologie sont plus rapides et moins douloureuses pour le patient qu’avec un laser multispot classique.
Le Navilas est très adapté pour le traitement des pathologies maculaires. Il permet également la réalisation de laser en mode subliminal, pouvant être utile dans la prise en charge des choriorétinopathies séreuses centrales et des œdèmes maculaires. Le laser Navilas est donc une très bonne alternative aux appareils traditionnels.

Revue Francophone des Spécialistes de la Rétine
0

L’essor des anti-VEGF a relégué la photothérapie dynamique (PDT) à la 2e voire 3e intention dans le traitement des néovaisseaux maculaires. Cependant, de nombreuses études ont montré son efficacité sur la néovascularisation et sur l’exsudation. Elle garde actuellement une place dans le traitement des néovaisseaux maculaires en cas de contre-indication aux injections intravitréennes d’anti-VEGF (DMLA, myopie forte…), de la CRSC et en oncologie oculaire (hémangiome choroïdien, ostéome choroïdien, nævus symptomatique…). Nous réalisons une cinquantaine de PDT par an aux centres Explore Vision Paris et Rueil-Malmaison dans ces indications.
Par ailleurs, la pénurie mondiale de vertéporfine a été à l’origine de difficultés thérapeutiques pour certains de nos patients, montrant bien l’importance de la PDT dans notre arsenal thérapeutique du fait de l’absence d’alternative dans certains cas. Nous attendons ainsi, début 2022, le retour à la normale de l’approvisionnement en vertéporfine.
La pandémie de COVID-19 a également mis en évidence la nécessité d’un traitement plus pérenne, notamment pour les patients pour qui les déplacements sont peu ou pas possibles. Ainsi, il nous paraît important de garder cet outil thérapeutique en tête, de connaître ses indications et de continuer à se former à cette technique pour en maîtriser la réalisation.

1 2 3 4