Photothèque

Photothèque
0

Il s’agit d’un patient de 89 ans, vu pour la première fois pour une baisse de vision de l’œil gauche à 3/10 (20/63) P4 avec des métamorphopsies. L’examen clinique permet de mettre en évidence des précurseurs de la dégénérescence maculaire avec remaniements pigmentaires fovéolaires et drusen mixtes (séreux et miliaires) retrouvés sur les clichés sans préparation et autofluorescents (fig. 1 et 2), avec une fluorescence inhomogène fovéolaire pouvant traduire des phénomènes atro-phiques associés.

Photothèque
0

Observation
Un patient de 36 ans, d’origine égyptienne, était adressé pour prise en charge d’une uvéite antérieure aiguë hypertonisante bilatérale dont le bilan de première intention était négatif. Il ne présentait aucun antécédent hormis une hépatite B guérie. À l’examen, l’acuité visuelle était de 10/10 P2 aux deux yeux, la pression intraoculaire de 23 mmHg (pour une pachymétrie de 600 µm) malgré une quadrithérapie locale maximale et de l’acétazolamide per os. Le traitement de l’uvéite par corticoïdes locaux avait été arrêté plusieurs semaines avant la consultation devant l’absence d’inflammation clinique.

Photothèque
0

Un homme, âgé de 65 ans, ressent une baisse d’acuité visuelle de l’œil gauche depuis 1 mois.

L’examen du fond d’œil met en évidence une hémorragie sous-rétinienne paravasculaire à l’extrémité de l’artère temporale inférieure associée à une couronne exsudative (fig. 1). Des exsudats sont également présents au niveau fovéolaire. Le diagnostic de macroanévrisme est suspecté.

Photothèque
0

Monsieur V., 80 ans, nous est adressé pour BAV OG (2.5 p10) progressive en lien avec une membrane épimaculaire. Les antécédents : pseudophaque, trou paramaculaire OD. Au fond d’œil, on observe un syndrome de traction hyaloïdien et une membrane épimaculaire (flèche rouge, fig. 1), aspect infiltré œdemateux maculaire pour lequel une OCT et une angiographie sont réalisées.

Photothèque
0

Il s’agit d’une patiente âgée d’une cinquantaine d’années et qui consulte pour une gêne visuelle bilatérale, à type de scotomes et de difficultés croissantes sur l’écran de son ordinateur. Elle n’a pas d’antécédents familiaux ou personnel notables, elle est myope et astigmate et son dernier contrôle ophtalmologique a eu lieu il y a trois ans. Son acuité visuelle est mesurée à 9/10 P2 à droite et 10/10 P2 à gauche.

Photothèque
0

Le syndrome de traction vitréomaculaire résulte d’un décollement incomplet de la hyaloïde au pôle postérieur.
Ces pathologies de l’interface vitréomacu- laire sont à l’origine de tableaux cliniques très différents. L’avènement de l’OCT per- met un diagnostic plus fréquent et plus précis. L’aspect classiquement décrit des syndromes de traction vitréomaculaire est celui d’un toit en pagode, du fait d’une traction unique et tangentielle de la hya- loïde postérieure.