Chirurgie de la cataracte : quoi de neuf ?

0

Notre revue se concentrera sur les dernières nouveautés de l’année, et nous concluerons par l’évolution des habitudes des chirurgiens français dans la prise en charge de la cataracte.

Laser femtoseconde (LFS) et cataracte

Les premières chirurgies assistées par LFS ont été effectuées en France au cours de l’année écoulée mais restent actuellement confidentielles comparativement à la technique classique. Pour rappel, le laser femtoseconde est déjà utilisé couramment en chirurgie réfractive dans la découpe des capots cornéens lors du lasik. Sa technologie utilise des pulses courts (10-15 seconde) afin de créer une interruption tissulaire et des bulles de cavitations très localisées.

Ainsi, le laser FS peut “assister” la chirurgie de la cataracte dans plusieurs étapes :

>>> D’abord celle des incisions cornéennes transfixiantes, mais aussi relaxantes à visée réfractive pour compenser un astigmatisme cornéen.

>>> Puis, dans la découpe de la capsule antérieure du cristallin, donnant là son résultat le plus spectaculaire en termes de régularité des rhexis obtenus.

>>> Mais aussi, dans l’étape de fragmentation du cristallin, dans l’espoir de réduire ou d’annuler l’énergie ultrasonique nécessaire au retrait du noyau cristallinien.

Deux compagnies vendent en France un laser femtoseconde dévolu à la chirurgie de la cataracte :

– Alcon avec le LenSx (Alcon, Fort Worth, Texas) (fig. 1) ;

– Technolas (Munich, Allemagne) associé à Bausch + Lomb avec le Victus.

En dehors du laser lui-même, les éléments importants qui démarquent les différentes compagnies sont :

– l’interface entre le patient et le laser (fig. 2). On parle de docking, similaire au système de chirurgie réfractive avec une succion permettant la stabilisation de l’œil et le travail du laser ;

– les systèmes de visualisation du segment antérieur qui font appel pour la plupart à la technologie OCT 3D. Dans le cas de la chirurgie de la cataracte, c’est la visualisation de l’ensemble du segment antérieur de l’œil qui est nécessaire (fig. 3).

Deux[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Hôpital Cochin, APHP, Université Paris Descartes, PARIS.