Blépharites, meibomites, rosacée : actualités sur les nouveaux moyens de prise en charge

0

Les blépharites et les meibomites sont très fréquentes et constituent une part importante des patho­logies de la surface oculaire. Elles représentent la cause principale de sécheresse oculaire [1] et la première cause de syndrome sec par hyperévaporation. La blépharite est une inflammation des paupières, prédominant au niveau du bord libre. On peut distinguer deux formes anatomiques [2] :
– les blépharites antérieures en avant de la ligne grise atteignant les cils ou la partie cutanée du bord libre d’étiologie infectieuse (staphylocoque, Demodex) ou séborrhéique ;
– les blépharites postérieures touchant les glandes de Meibomius (meibomites) et pouvant s’associer ou non à un dysfonctionnement meibomien (DGM) responsable de l’inflammation palpébrale, de l’hyperosmolarité et de l’instabilité lacrymale et de la kératoconjonctivite.

On peut aussi différencier les formes primitives, dans le cadre de rosacée oculaire ou de dermatite séborrhéique, des atteintes secondaires à une inflammation de voisinage (conjonctivites allergiques, chirurgie oculaire…).

Examen clinique

L’examen débute par l’interrogatoire et la recherche d’antécédents (rosacée cutanée, chalazions…) et de traitements pouvant entraîner un syndrome sec ou un dysfonctionnement meibomien (antidépresseur, chimiothérapie…). L’anamnèse permet également la recherche des signes fonctionnels de sécheresse oculaire à type de brûlures oculaires, de sensation de corps étranger, de picotements… Ces symptômes peuvent être augmentés dans les lieux climatisés, en cas de forte chaleur ou de travail sur écran.

L’examen physique débute sans lampe à fente avec l’inspection du visage à la recherche de signes de rosacée cutanée : érythème facial, télangiectasies, papulo-­pustules et rhinophyma aux stades avancés (fig. 1). En cas de dermite séborrhéique, on retrouve des squames grasses des sillons nasogéniens et du cuir chevelu.

L’examen du bord libre palpébral permet de poser le diagnostic. Un DGM ou une blépharite postérieure peuvent être évoqués devant la présence de bouchons meibomiens, de chalazions, d’un remaniement ou d’un érythème du bord libre. Physiologiques chez le sujet âgé quand elles sont d’importance modérée, des télangiectasies peuvent siéger sur le bord libre. Parfois, l’examen des paupières est normal et seul le testing meibomien (ou meibopression), permettant un examen quantitatif et qualitatif du meibum, marque[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service d’Ophtalmologie, CHRU TOURS.