Revues Générales

Revues Générales
0

L’objectif du traitement de l’uvéite est d’abord de soulager les symptômes, restaurer la vue et prévenir toute perte de vision. Le traitement a également pour but de supprimer l’inflammation afin d’éviter les complications liées à l’épisode aigu de l’uvéite ou celles secondaires à l’inflammation chronique. Il faut également tenir compte des effets secondaires possibles des traitements. C’est ainsi que la dose minimale efficace sera recherchée.
Devant une uvéite pédiatrique, il convient de chercher une éventuelle maladie sous-jacente et de la diagnostiquer assez tôt. Le traitement doit être débuté rapidement et le suivi suffisamment rapproché. Les traitements des uvéites diffèrent selon l’âge du patient, la nature infectieuse ou non, la localisation anatomique et le degré de gravité. L’avènement des biothérapies a complétement transformé la prise en charge des uvéites pédiatriques.

Revues Générales
0

Les kératites infectieuses bactériennes, mycotiques et amibiennes sont un motif fréquent de consultations aux urgences. Leur nombre est en constante augmentation ces dernières années, avec une croissance préoccupante des abcès d’origine mycotique. Elles représentent une des principales causes de cécité unilatérale dans le monde à cause des cicatrices cornéennes qu’elles induisent.
Le port de lentilles de contact souples est la principale cause d’abcès de cornée, avec une prédominance des abcès bactériens et notamment à Pseudomonas aeruginosa. Le diagnostic microbiologique reste difficile, bien que l’amélioration des techniques d’analyse permette une identification du germe en cause dans plus de 60 % des cas.
Un traitement doit être débuté en urgence, initialement orienté par la clinique, et doit être réévalué en cas de mauvaise évolution ou selon les résultats des prélèvements. Une hospitalisation reste nécessaire en cas de signes de gravité.

Revues Générales
0

En pratique courante, l’OCT-angiographie (OCT-A) est très utile pour le suivi de certaines pathologies qui sont difficiles à diagnostiquer sans ce dernier : les néovaisseaux choroïdiens quiescents, ceux associés aux choriorétinopathies séreuses centrales, les télangiectasies maculaires de type 2. La présence de nombreux artéfacts liés à la technique elle-même limite encore grandement son utilisation dans trop de cas pour pouvoir se passer du reste de l’imagerie, en particulier l’angiographie à la fluorescéine. L’OCT-A fait donc partie de l’imagerie multimodale mais ne remplace pas l’imagerie classique.
Son apport pourrait être plus essentiel si, dans le futur, la technique évolue, avec une résolution des artéfacts, une rapidité accrue d’analyse et un champ d’analyse plus grand permettant sans doute de modifier le suivi des maladies ischémiantes, en particulier la rétinopathie diabétique.

Revues Générales
0

L’intelligence artificielle est une branche de l’informatique qui a pour but de mimer l’intelligence humaine. De nombreuses applications ont vu le jour ces dernières années en médecine et en particulier dans l’imagerie. Le diagnostic du glaucome faisant appel à l’imagerie multimodale, il va de soi que l’intelligence artificielle présente de nombreuses applications dans ce domaine.
Le glaucome reste une pathologie largement sous-diagnostiquée, malgré des modifications structurales et fonctionnelles précoces qui pourraient être décelées par les algorithmes d’intelligence artificielle les plus fins. Cet article permet de faire le point sur ce que l’intelligence artificielle est capable ou non de faire à ce jour et sur ses possibles applications concrètes dans les années à venir.

Revues Générales
0

Les érosions cornéennes récidivantes correspondent à des épisodes successifs de douleur, larmoiement et sensation de corps étranger. Les manifestations surviennent généralement le matin au lever et sont liées à la déchirure de l’épithélium cornéen par l’ouverture palpébrale. Les étiologies sont idiopathiques (dystrophie épithéliale de Cogan) ou post-traumatiques. Cette pathologie est accessible à des traitements efficaces, qui vont de la simple lubrification de la surface oculaire par des larmes artificielles à la photokératectomie thérapeutique.

Revues Générales
0

La neuropathie optique héréditaire de Leber est une maladie mitochondriale rare, responsable de cécité par atteinte bilatérale de la vision centrale. Elle touche préférentiellement les hommes jeunes mais peut survenir à tout âge. Son diagnostic, suspecté sur les antécédents familiaux et le tableau clinique, repose sur la génétique. Son pronostic visuel est sévère mais quelques récupérations spontanées sont possibles, plus fréquentes chez l’enfant et chez les porteurs de la mutation m.14484T>C/MT-ND6.
Le traitement doit toujours comporter une prise en charge basse vision. Les traitements actuels sont limités : l’idébénone bénéficie d’une autorisation de mise sur le marché européenne et son service médical est en cours de réévaluation après la publication récente d’études cliniques, et la thérapie génique, destinée aux malades porteurs de la mutation 11778, fait actuellement l’objet d’une autorisation temporaire d’utilisation.

Revues Générales
0

La presbytie est un mécanisme naturel de notre organisme générant une perte du pouvoir accommodatif et impactant la qualité en vision de près. Si les évolutions technologiques ne nous donnent toujours pas la possibilité de restaurer la dynamique d’une accommodation naturelle, les dernières avancées dans le domaine de la chirurgie réfractive nous permettent aujourd’hui de satisfaire nos patients dans une immense majorité des cas. Les dernières plateformes lasers et l’offre pléthorique d’implants intraoculaires laissent envisager une customisation pour chacun de nos patients.

Revues Générales
0

Le diagnostic de la pathologie de la surface oculaire de l’enfant est souvent sous-estimé. Il peut s’agir initialement d’un œil rouge pouvant conduire à des complications cornéennes cécitantes si elles sont négligées. La symptomatologie peut s’accompagner de sécrétions purulentes, d’une blépharokératoconjonctivite, d’atteintes cutanées. Ces atteintes sévères de la surface oculaire vont de la kératite sévère à l’ulcère ou à l’abcès stérile ou purulent. L’atteinte cornéenne peut être d’origine infectieuse, allergique ou inflammatoire.
Ces complications potentiellement cécitantes peuvent survenir sans traitement initial adapté. L’examen pédiatrique et dermatologique apporte des éléments du diagnostic, cependant, le traitement en urgence est primordial.

Revues Générales
0

Le bon calcul de l’implant est aujourd’hui le défi de la chirurgie du cristallin. Il est facilité par l’amélioration des biomètres basés sur l’interférométrie, par l’amélioration des formules de calcul grâce à l’intelligence artificielle, avec des algorithmes spécifiques s’enrichissant des nouvelles données qui leurs sont apportées, et par la précision de la technique chirurgicale.

Revues Générales
0

L’OCT-A permet une analyse morphologique précise du flux des néovaisseaux choroïdiens (NVC). Miere et al. ont décrit les premiers en 2017 les modifications morphologiques en OCT-A des différents profils de NVC chez des patients atteints d’une DMLA exsudative sous traitement anti-VEGF. Cette étude identifie deux types de progression morphologique : les patterns constants, évocateurs d’une néovascularisation immature, et les patterns changeants, évocateurs d’une lésion néo­vasculaire mature. Le remodelage vasculaire induit par un traitement récurrent anti-VEGF peut donc être évalué par l’OCT-A.