Revues Générales

Revues Générales
0

Malgré la place potentielle des traitements préventifs au cours de la rétinopathie diabétique, il n’existe pas de traitement injectable par voie intravitréenne autorisé ou réaliste à l’heure actuelle. Seul l’équilibre glycémique et tensionnel est recommandé. En effet, les traitements anti-VEGF qui ont été testés dans cette indication, même s’ils limitent le risque d’évolution vers une forme à haut risque, ne démontrent pas de bénéfice visuel à 2 ans. Et ce, au prix d’un traitement contraignant et coûteux.
L’espoir d’un traitement préventif passera peut-être par un ciblage plus précis des patients à haut risque évolutif et/ou l’utilisation de molécules à durée d’action plus prolongée permettant un fardeau thérapeutique acceptable.

Revues Générales
0

Les corps flottants intravitréens sont une affection courante qui peut parfois s’avérer très invalidante. Ils résultent d’un processus physiologique consécutif au vieillissement naturel du corps vitré et sont plus fréquents chez le myope. La symptomatologie pourra se majorer suite à un décollement postérieur du vitré après 50 ans, amenant le patient à consulter dans l’espoir de trouver un traitement efficace.
Une évaluation de l’impact des symptômes sur la qualité de vie et des examens complémentaires sont nécessaires avant d’envisager un traitement curatif. Il faudra aussi écarter une cause secondaire d’opacification du vitré. On pourra ensuite temporiser ou proposer une vitréolyse au laser Nd:YAG voire une vitrectomie postérieure, qui donnent de bons résultats mais qui comportent des risques que le patient doit envisager. Il n’existe pas encore de consensus qui permettrait de simplifier la prise en charge de cette pathologie.

Revues Générales
0

Le syndrome de sécheresse oculaire est une maladie chronique non curable dont le retentissement sur la qualité de vie peut être majeur. La prise en charge est détaillée dans le dernier rapport du DEWS, daté de 2017. La stratégie thérapeutique est organisée en fonction du degré de sévérité.
L’éducation thérapeutique apparaît dès le premier palier de traitement de la maladie et constitue la base de toute prise en charge d’un patient atteint de sécheresse oculaire. L’objectif de cet article est de rappeler la définition de l’éducation thérapeutique et de mettre en avant les éléments du traitement justifiant la mise en place de cette démarche auprès de nos patients.

Revues Générales
0

Les membranes amniotiques sont largement utilisées en ophtalmologie, notamment grâce à leurs propriétés cicatrisantes, anti-inflammatoires et antimicrobiennes. Elles peuvent être stockées principalement sous deux formes : cryoconservée et lyophilisée.
L’avantage principal des membranes amniotiques lyophilisées est leur disponibilité immédiate, leur stockage à température ambiante et leur manipulation aisée à l’état sec, alors que les membranes cryoconservées nécessitent un stockage à une température de –80 °C. Cependant, les membranes amniotiques cryoconservées gardent tout leur intérêt dans certaines indications du fait de leur épaisseur. Les deux types de membranes peuvent être utilisés en greffe, en patch ou en multicouches, avec de la colle biologique ou suturés à la sclère ou à la cornée.

Revues Générales
0

La luxation dans le segment postérieur de matériel cristallinien après rupture de la capsule postérieure reste une complication redoutable de la phacoémulsification. La technique décrite permet l’ablation par voie antérieure du matériel luxé dans le même temps opératoire. Elle n’est indiquée que si l’on ne dispose pas de rétinologue (mission humanitaire) ou en cas de patient très fragile ne pouvant pas subir une deuxième intervention, réalisée sous anesthésie générale le plus souvent et pouvant être un facteur de risque vital.

Revues Générales
0

L’eczéma des paupières est un motif fréquent de consultation et touche de façon prédominante les femmes. Les principaux diagnostics différentiels sont la dermatomyosite, la rosacée oculaire et la dermite séborrhéique. La première cause d’eczéma palpébral est l’allergie de contact.
Le caractère aigu ou chronique de l’eczéma, la rythmicité en cas d’eczéma récidivant et la topographie des lésions sont autant d’éléments qui guident l’exploration allergologique.
La dermite irritative et la dermatite atopique sont les deux autres causes d’eczéma palpébral.
Le traitement repose sur les émollients et le tacrolimus topique. Les dermocorticoïdes, utiles pour soulager rapidement les symptômes, doivent être prescrits avec parcimonie dans cette localisation particulière.

Revues Générales
0

Les troubles de la surface oculaire sont une cause fréquente mais sous-estimée d’échec de bonne qualité optique postgreffe de cornée. Les kératoplasties transfixiantes et lamellaires antérieures profondes sont les principales concernées. Ces troubles rassemblent un groupe hétérogène de pathologies : rejets immunitaires de surface, défects épithéliaux non immuns et récidive de pathologie sur greffon. Leur distinction n’est cependant pas si évidente, d’autant plus qu’ils peuvent s’entremêler et s’auto-entretenir.
Leur anticipation par la prise de mesures préventives préchirurgicales demeure le premier levier thérapeutique. La correction des troubles de surface préexistants ainsi que le bon choix du type de greffe à réaliser sont les deux principaux piliers de cette prévention. La greffe endothéliale, quand elle est possible, sera toujours à privilégier.

Revues Générales
0

L’optimisation de la gestion de l’accueil est essentielle pour donner une première impression positive au patient dès son arrivée en consultation. Les outils digitaux constituent une aide utile pour y parvenir. La mise en place d’une borne d’accueil interactive avec lecteur de carte Vitale intégré interfacée au logiciel patient, détaillée dans cet article, a permis de renforcer la satisfaction de nos patients et de l’équipe de notre centre.

Revues Générales
0

Le glaucome est une complication fréquente après kératoplastie. Il existe un lien étroit et réciproque entre hypertonie et greffe de cornée : l’hypertonie est un facteur de risque de kératoplastie et la kératoplastie est un facteur de risque d’hypertonie. Une vigilance particulière pour toute greffe de cornée doit donc être portée au dépistage d’une pathologie glaucomateuse en préopératoire et au suivi rigoureux de la pression intraoculaire en postopératoire.
La prise en charge diagnostique et thérapeutique d’un glaucome après greffe est difficile mais doit être précoce, rapide et adaptée. L’objectif est double : préserver la transparence du greffon et l’intégrité
du nerf optique.

Revues Générales
0

La diversité des étiologies d’uvéite et l’hétérogénéité de leur présentation rend nécessaire une démarche codifiée pour que leur prise en charge soit optimisée. Il est donc important d’avancer de façon méthodique afin d’éviter certains pièges. Après avoir éliminé une pseudo-uvéite, réalisé un fond d’œil bilatéral et précisé la forme anatomo-clinique de l’uvéite, la priorité reste d’éliminer une cause infectieuse. Une fois toutes les données recueillies, une prescription raisonnée d’examens complémentaires pourra être proposée.
Les objectifs de cette démarche sont d’arriver à un diagnostic étiologique, d’évaluer la sévérité des manifestations, puis de définir une stratégie thérapeutique adaptée.