Chirurgie réfractive : quoi de neuf ?

0

La suprématie du Lasik n’empêche pas le développement de nouvelles techniques de chirurgie cornéenne. L’utilisation exclusive du rayonnement laser femtoseconde pour la réalisation de découpes intrastromales à visée réfractive pourrait dans le futur concurrencer le Lasik dans certaines indications.

Raffinements technologiques au service de la chirurgie réfractive

Les progrès technologiques accomplis dans le domaine de l’imagerie oculaire, des microtechnologies et des systèmes de délivrance des lasers débouchent sur des applications concrètes et sont incorporés sur certaines plateformes laser à visée réfractive. La nouvelle suite réfractive associant, en une même unité thérapeutique, le laser femtoseconde FS 200 et le laser excimer EX 500 est représentative de cette évolution ; elle est conçue pour permettre l’intégration au sein d’un même logiciel de traitement des paramètres de la découpe stromale (diamètre, épaisseur, position de la charnière du capot) et de la photoablation (profondeur et diamètre de la zone de photoablation réfractive). Ainsi, le diamètre du capot et son épaisseur peuvent être ajustés aux dimensions et profondeur de la zone d’ablation, avec possibilité de découpes de capots ovales en cas de photoablations elliptiques (induite par les contraintes géométriques de la correction de l’astigmatisme).

Le laser excimer EX 500 est muni d’un pachymètre cornéen “online” qui fournit en temps réel des informations relatives à l’épaisseur du tissu cornéen exposé au faisceau laser. Ce dispositif accroît la sécurité du traitement en prévenant le risque d’induire un mur résiduel postérieur insuffisant en Lasik. Il permet de vérifier la bonne concordance entre l’épaisseur programmée et achevée pour la découpe du volet stromal.

La chirurgie photoablative cornéenne bénéficie depuis plusieurs années de la technologie de la reconnaissance irienne pour améliorer les résultats de la correction de l’astigmatisme et prévenir le risque de cyclotorsion (ex : Eye tracker rotationnel dynamique, technologie Zyoptix, Technolas, Allemagne). La correction de l’astigmatisme cornéen par la pose d’implants pseudophaques toriques chez les opérés de cataracte requiert le même soin apporté à l’alignement de l’implant torique vis-à-vis de l’axe souhaité : l’assistance au positionnement des implants toriques bénéficie également de progrès[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire