Warning: mysqli_query(): (HY000/1194): Table 'wp_72713_sitemeta' is marked as crashed and should be repaired in /home/clients/c7db4b98ef967e5f95d30ac110eeb801/web/wpmu/wp-includes/wp-db.php on line 2056
Rétablir l’acuité visuelle des patients atteints de kératocône

Rétablir l’acuité visuelle des patients atteints de kératocône

0

Limiter la progression de la maladie

Avant la mise en place de toute stratégie de restauration visuelle, il faut vérifier si la maladie est évolutive ou non. La progression de la maladie est d’autant plus probable et rapide que le début est précoce, et donc que le patient examiné est jeune. Inversement, elle est rare après 35 ou 40 ans. L’évolutivité est mise en évidence par une baisse d’acuité visuelle et, principalement, par une modification de la topographie cornéenne : augmentation de la kératométrie moyenne et/ou maximale et/ou à l’apex supérieure à 1D en 6 mois environ. Afin de pouvoir les comparer, les examens topographiques doivent être réalisés dans des conditions identiques, notamment sans port de lentilles au mieux depuis la veille.

Limiter la progression, si elle existe, doit donc être le premier temps de la prise en charge.

>>> L’arrêt des frottements oculaires, facteur d’aggravation classique et bien réel, est indispensable et parfois suffisant. La prescription de collyres anti-allergiques et lubrifiants est souvent utile.

>>> Si la progression persiste après l’arrêt des frottements et est prouvée par des examens topographiques répétés, un cross-linking du collagène cornéen doit être proposé. Chez les patients les plus jeunes, chez qui l’évolution est certaine, le cross-linking peut être proposé dès la première consultation, selon les recommandations actuelles. À ce stade, le cross-linking avec ablation de l’épithélium demeure la technique reconnue comme la plus efficace. Il existe un échappement au traitement dans environ 10 % des cas. En sus de la stabilisation, un aplatissement cornéen et une amélioration visuelle modérée sont parfois notés. Les complications sont rares : principalement infection, haze en cas de retard de cicatrisation.

Lunettes et lentilles rigides

La correction par verres de lunettes n’est adaptée qu’aux formes les plus modérées. Les mesures de l’autoréfractomètre automatique sont souvent erronées, une vraie réfraction subjective est donc indispensable[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur