Quoi de neuf dans les pathologies cornéennes ?

0

Elle a été mise en évidence expérimentalement par injection d’air sous pression dans le stroma cornéen de boutons cornéoscléraux humains. Un plan de clivage postérieur était obtenu, à l’image de la big bubble des greffes lamellaires antérieures profondes. Les bulles entre la couche de Dua et le stroma postérieur se développent du centre vers la péri-phérie, avec un diamètre total de 7 à 8,5 mm, et explosent pour une pression exercée de 700 mmHg (fig. 1A). La bulle reste intacte après pelage de la membrane de Descemet. Les bulles entre la couche de Descemet et la couche de Dua se développent de la périphérie vers le centre. Elles sont de plus grand diamètre, jusqu’à 10,5 mm et explosent pour une pression moindre de 300 mmHg (fig. 1B). La bulle se collabe lors du pelage de la membrane de Descemet.

La couche de Dua explique élégamment ce que l’on observe dans la chirurgie cornéenne postérieure. Dans la greffe lamellaire antérieure profonde, le clivage est le plus souvent obtenu dans ce plan de Dua. Cela peut expliquer pourquoi certaines bulles s’étendent jusqu’à la périphérie, d’autres pas. Le plan postérieur est également plus résistant si le clivage se produit entre la couche de Dua et le stroma postérieur. De la même façon, dans la greffe endothéliale DMEK (Descemet membrane endothelial keratoplasty), la lamelle postérieure à greffer sera plus épaisse et donc s’enroulera moins sur elle-même, avec une plus grande facilité de manipulation. La couche de Dua pourrait également jouer un rôle, à explorer, dans la pathologie cornéenne postérieure : hydrops cornéen, descemétocèle, dystrophies prédescemétiques.

L’existence même de cette couche de Dua reste cependant controversée. Elle est difficile à disséquer et d’épaisseur variable. Les tissus cornéens sur lesquels ont été réalisées les expérimentations ne provenaient que de donneurs âgés de 53 à 94 ans [1]. L’expérience clinique des greffes lamellaires[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Centre de Référence National du Kératocône, CHU, TOULOUSE.