Greffe endothéliale en pratique libérale : retour d’expérience sur la technique DMEK après 32 procédures

0

Rappel

Deux variantes techniques peuvent donc être identifiées pour le remplacement de l’endothélium pathologique :

  • DSAEK (Descemet Stripping Automated Endothelial Keratoplasty) : une découpe assistée par microtome ou laser femtoseconde, avec un greffon plus épais : stroma-descemet-endothélium (100-150 µ) et l’induction d’une interface intrastromale postérieure moins physiologique et donc de récupération visuelle potentiellement inférieure.
  • DMEK (Descemet Membrane Endothelial Keratoplasty) : un endothelio-decesmet prélevé manuellement (15 µ), qui soulève un risque d’aléa peropératoire lors du prélèvement et une manipulation plus ardue (marquage d’orientation du greffon parfois laborieux) mais une récupération visuelle rapide et potentiellement complète.

Cas cliniques

Nous présentons quelques exemples de cas et situations cliniques pour illustrer notre propos.

  • Cas 1 : une patiente de 77 ans a été greffée avec succès en technique DSAEK (fig. 1A à C).

Cependant, malgré un résultat anatomique jugé satisfaisant, la cornée reste épaisse et l’acuité visuelle demeure limitée à 1/10 (contre “Voit la main bouger –VLMB– en préopératoire). L’accès au pôle postérieur, rendu possible grâce à la restitution partielle de la transparence de la cornée permet le diagnostic d’un pseudo trou en OCT (fig. 1D).

Il était difficile de trancher, pour expliquer la limitation de sa récupération visuelle, entre une cause rétinienne ou cornéenne.

Les rétinophotos sont souvent pertinentes dans ce contexte. Le flou qu’on y retrouve donne souvent un bon reflet de l’impact du désordre cornéen (fig. 1E). Ici, le flou important retrouvé nous a fait privilégier l’approche cornéenne : il a donc été décidé d’augmenter la transparence et la régularité cornéenne via une ablation du greffon de DSAEK et la mise en place d’un greffon de DMEK.

À 3 semaines, l’acuité visuelle a augmenté de 1/10 à 5/10, conjointement à la constatation d’une disparition de l’interface : en OCT antérieur (fig. 1F et 1G) et en lampe à fente (fig. 1H).[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Centre d’Ophtalmologie malouine, Clinique Vivalto de la côte d’émeraude, SAINT-MALO.