Risque de décollement de rétine et grossesse

0

La grossesse et l’accouchement par voie basse sont-ils des facteurs de risque de décollement de rétine (DR) ? Cette notion reste en effet répandue parmi les gynécologues et les ophtalmologistes mais il existe en réalité peu de données sur ces risques et sur la gestion des femmes enceintes à risque de décollement de rétine.

Décollement de rétine : rappels épidémiologiques

La survenue d’un DR dans la population générale reste, somme toute, assez faible : l’incidence globale est de 6,3 à 17,9 pour 100 000 habitants, soit 1 cas sur 10 000 personnes et par an [1, 2].

Deux pics d’incidence sont retrouvés, le pic principal se situant entre 50 et 70 ans [3]. Cette population est le plus souvent atteinte par un décollement de rétine dit “rhegmatogène”, c’est-à-dire survenant à partir de déchirure rétinienne (fig. 1). Celles-ci se développent sur des sites d’adhérence vitréorétinienne physiologique ou pathologique et sont induites par le décollement postérieur du vitré. Le décollement postérieur du vitré (DPV) est un phénomène de sénescence de l’œil mais il peut être précipité par la chirurgie ophtalmologique de type chirurgie de la cataracte.

Le second pic de survenue des DR survient vers 30 ans, majoritairement chez les myopes forts ou dans un contexte post-traumatique [3]. Le sex ratio est en défaveur des hommes [3] à cet âge. Ces décollements de rétine sont pléiomorphes et peuvent survenir en l’absence de DPV, notamment chez le myope fort (fig. 2).

La myopie forte est un facteur de risque indépendant de DR et les femmes enceintes myopes fortes ont statistiquement un sur-risque par rapport aux[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos des auteurs

Service d’Ophtalmologie, Hôpital Lariboisière, PARIS.

Service d’Ophtalmologie, Hôpital Lariboisière, PARIS.