Apport de l’étude des densités capillaires rétiniennes dans les neuropathies optiques

0

L’OCT-A nous apporte des données nouvelles sur l’état circulatoire de la rétine en permettant de visualiser les réseaux capillaires de la rétine et de la choriocapillaire. Cet examen apporte des renseignements sur l’état vasculaire des capillaires rétiniens :
– dans les pathologies rétiniennes : dégénérescence maculaire liée à l’âge, rétinopathie diabétique, oblitérations veineuses et artérielles, membrane épirétinienne, dégénérescence kystique des cellules de Müller ;
– dans les neuropathies optiques : glaucome primitif à angle ouvert (GPAO), neuropathies rétrobulbaires ;
– en neurologie : maladie d’Alzheimer, accidents vasculaires avec contexte génétique.

Le but de cet article est de permettre de préciser la localisation de la neuropathie (antérograde ou rétrograde) en analysant les densités capillaires (DC) dans le réseau capillaire superficiel maculaire.

Place de l’OCT-A dans les neuropathies optiques : ce que nous savons déjà

Suspectées de longue date, les perturbations circulatoires dans le GPAO sont maintenant révélées et mesurées par l’étude des DC analysées autour du disque optique et sur l’aire maculaire. Dans le GPAO et le glaucome à pression normale, de nombreuses études montrent clairement une baisse des DC présente à tous les stades de la maladie [1-6], notamment dans le glaucome prépérimétrique et bien sûr dans les formes plus évoluées voire très évoluées (fig. 1). La topographie des déficits capillaires se superpose à celle des déficits neuro­logiques du complexe cellulaire ganglionnaire (CCG) et des fibres nerveuses rétiniennes (FNR) [7].

Dans la neuropathie glaucomateuse, les déficits sont retrouvés fréquemment dans les secteurs supérieurs et surtout temporaux inférieurs.

La diminution des DC s’observe dans d’autres neuropathies antérogrades :
– neuropathie optique ischémique non artéritique (NOINA) ou inflammatoire (artérite de Horton) ;
– pathologies du disque optique (drusen) ;
– neuropathies optiques héréditaires.

Dans les neuropathies rétrogrades [7-12] :
– inflammatoires (sclérose multiloculaire) ;
– compressives ;
– toxiques ;
– infectieuses.

Là encore, la diminution des DC suit une topographie qui se superpose[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos des auteurs

Ophtalmologiste, PONT-À-MOUSSON.

Interne des hôpitaux de NANCY

Ophtalmologiste, PONT-À-MOUSSON

Laisser un commentaire