Implants de dexaméthasone : facteurs de risque des migrations en chambre antérieure

0

Gonçalves MB, Alves BQ, Moura R et al.; Pan-American Collaborative Retina Study Group. Intravitreal dexamethasone implant migration into the anterior chamber: a multicenter study from the Pan-American Collaborative Retina Study Group. Retina, 2020;40:825-832.

L’œdème maculaire est une cause importante de baisse d’acuité visuelle, d’autant que cet élément est associé à de nombreuses pathologies de rétine médicale. L’administration d’un implant intravitréen de dexaméthasone est supportée par les propriétés anti-inflammatoires et anti-angiogènes de ce dérivé de la cortisone. L’utilisation d’un implant à libération prolongée permet en outre une délivrance du principe actif pendant plusieurs mois. Dans certaines pathologies telles que les occlusions veineuses rétiniennes ou l’œdème maculaire du diabétique, l’indication peut être discutée entre l’utilisation des anti-VEGF et celle d’un implant de dexaméthasone (tableau I).

L’implant de dexaméthasone est un bâtonnet de 0,46 x 6 mm inséré dans la cavité vitréenne avec un trocart de 22 G. La dexaméthasone est contenue dans un polymère qui se dégrade progressivement en acide lactique et glycolique lorsque l’implant est dans le vitré. Cette dégradation du polymère permet de libérer de la dexaméthasone jusqu’à 6 mois après l’implantation.

Les effets secondaires rapportés sont la constitution d’une cataracte et une hypertonie oculaire. Cette hypertonie peut être favorisée lorsque la dexaméthasone passe en chambre antérieure à la faveur d’un antécédent de chirurgie de cataracte avec implant dans le sulcus ou implant de chambre antérieure. Certains auteurs ont décrit des hypertonies semblant avoir été favorisées par antécédent de capsulotomie au laser Nd:YAG.

La migration de l’implant de dexaméthasone vers la chambre antérieure est une autre complication qui a fait l’objet de publications de cas isolés [1-3]. Cette migration antérieure de l’implant peut être la source d’un œdème cornéen provoqué par les différents composants de l’implant et par les frottements mécaniques de l’implant sur la face postérieure de la cornée (fig. 1).

Les auteurs de cette étude réalisée au Brésil cherchaient à établir la prévalence et à déterminer les facteurs de risque de migration des implants de dexaméthasone intravitréens vers la chambre antérieure. Les patients de cette étude avaient un œdème maculaire traité au moins une fois avec un implant de dexaméthasone. Un total de 468 dossiers a été repris dans cette étude rétrospective multicentrique observationnelle.

La prévalence de la migration des implants était de 1,6 % (12 cas), avec une association significative entre le risque de migration et un antécédent de chirurgie de la cataracte (p = 0,043)[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Centre de Rétine Médicale, MARQUETTE-LEZ-LILLE, Service d’Ophtalmologie, Hôpital Lariboisière, PARIS.

Laisser un commentaire